Imprimer cette page Envoyer à un(e) ami(e) Page précédente

Les 8 grandes erreurs à ne pas commettre avec son manager

Réf. PR-02262

« Bien dans son job »
Les 8 grandes erreurs à ne pas commettre avec son manager Décryptage et solutions par le recruteur Robert Half

« Quel que soit le contexte, mieux vaut entretenir de bonnes relations avec son supérieur hiérarchique ». Cette maxime revêt une importance particulière en cette période économique difficile. Afin d’éviter tout comportement susceptible de nuire à la qualité de cette relation, le spécialiste du recrutement Robert Half propose des alternatives efficaces aux 8 grandes erreurs – pourtant fréquentes – dans la relation des collaborateurs avec leur manager.

 

Noëmie Cicurel, Directrice chez Robert Half International France remarque en préambule : « Lorsque votre attitude ou votre comportement l’irrite, votre supérieur(e) hiérarchique ne vous le dit pas nécessairement. Et cela peut gâcher votre relation ! C’est précisément pour cette raison qu’il faut vraiment être vigilant(e) sur ces huit comportements à éviter... ».
Erreur n°1 : Refuser de nouvelles missions
Exemple : parce que votre manager voit en vous la bonne personne pour accompagner une nouvelle recrue, il/elle vous demande si vous avez le temps de vous en charger. Vous êtes effectivement disponible, mais la mission ne vous intéresse pas vraiment. Vous êtes tenté(e) de décliner la proposition ? Quelle erreur !
L’analyse de Robert Half : « Il est imprudent et fort risqué que votre responsable ait de vous l’image d’un(e) collaborateur(-trice) sur lequel(laquelle) on ne peut pas compter... Qui plus est, il est toujours préférable de répondre aux attentes de votre responsable, dès lors que vous disposez du temps nécessaire pour effectuer les tâches supplémentaires qu’il(elle) vous confie, bien sûr. De plus, une succession de refus peut le(la) convaincre de ne plus vous solliciter et vous pourriez passer à côté de certaines opportunités susceptibles de vous intéresser. Et surtout, cette mission pourrait s’avérer bien plus enrichissante que vous ne l’imaginez ! »
Erreur n°2 : Demander trop d’attention
Scénario : vous nourrissez un grand besoin d’attention (besoin que l’on vous approuve dans vos actions, que l’on vous soutienne régulièrement pour que vous restiez efficaces et motivé(e)..) et demandez souvent à votre responsable si vous êtes bien dans la bonne direction. Attention !
Le conseil de Robert Half : « Si ce besoin permanent d’attention risque d’écarter votre supérieur(e) de ses tâches importantes et de nuire à son rythme de travail, il va aussi l’exaspérer ! Pour y remédier, vous pourriez convenir avec lui d’un rendez-vous régulier, chaque semaine par exemple, où vous pourriez faire le point sur les actions que vous avez réalisées et les orientations que vous prévoyez et lui proposer. Et ce, tout en mettant de côté les difficultés ou les griefs rencontrés – sauf cas sérieux. Rappelez-vous, chacun en subit chaque jour, et les dépasse fort de ses compétences et de son savoir-être.»
Erreur n°3 : Communiquer de façon inappropriée
Exemple : vous travaillez sur un projet stratégique, vous voulez faire un point téléphonique avec votre manager, mais lui préfère que vous lui adressiez un e-mail avec de plus amples détails ! Manquerait-il de temps pour vous, de confiance ?
Recommandation de Robert Half : « Dépassez cette éventuelle déception, car ce n’est probablement pas par manque de confiance mais juste de temps que votre supérieur réagit ainsi. Il(elle) a besoin de précisions afin de pouvoir analyser au mieux votre travail et vous répondre, et ce, à tête reposée. Adaptez-vous ! Prenez le temps de lui faire ce courriel où vous irez à l’essentiel en énumérant les points importants. »
Erreur n°4 : Poser trop de questions
A éviter : faites tout ce qu’il faut pour éviter qu’avec votre supérieur « ça entre dans une oreille et ça ressort par l’autre » ! Le relancer sur des points de détails tout simples qu’il aurait indiqués est un moyen imparable de l’agacer.
Conseil de Robert Half : « Pour éviter de vous retrouver dans cette situation, écoutez toujours attentivement ce que dit votre responsable et, dans le cadre d’un nouveau projet, cherchez à éclaircir les points difficiles ou les zones d’incertitudes dès le début. Si vous devez faire le point, posez-lui des questions précises, et notez ses réponses et commentaires ! ».
Erreur n°5 : Faire preuve de négligence
Aïe ! Vous vous êtes empressé(e) de terminer une présentation pour votre manager, qu’il/elle lit en y remarquant quelques erreurs qui n’auraient pas dû vous échapper pourtant...
L’analyse de Robert Half : « Gardez bien à l’esprit, et à chaque instant, que pour obtenir la confiance de votre supérieur, vous devez anticiper et faire attention aux moindres détails. Même dans l’urgence, c’est en gardant un oeil attentif sur chaque détail que vous gagnerez et garderez sa confiance. Et le challenge vaut le coup ! »
Erreur n°6 : Refuser de reconnaître ses erreurs
Une situation bien trop fréquente que celle-ci, où l’on cherche une excuse à ses erreurs ou l’on en attribue la cause à d’autres personnes ou facteurs.
L’analyse de Robert Half : « Attention, ceci n’est pas vraiment honnête et surtout pas professionnel ! Sans compter qu’il y a de grandes chances que votre stratagème ne résiste pas à l’épreuve du temps. Votre supérieur risque de voir en vous quelqu’un qui ne sait pas assumer ce type de situation et encore moins la surmonter. Admettez et surtout trouvez une solution pour dépasser cette situation et ne pas la reproduire. N’oubliez jamais : assumer ses responsabilités (ses succès, ses erreurs et ses échecs) est une preuve de professionnalisme et de maturité. »
Erreur n°7 : Tirer la sonnette d’alarme alors qu’il est déjà trop tard
Scénario catastrophe : votre manager vous a demandé de rédiger un rapport complexe d’ici la fin de la semaine. Mais la veille voire pire le jour même, vous réalisez que vous ne pourrez pas le terminer à temps et vous le lui annoncez, il/elle est furieux(se) ...
Le diagnostic de Robert Half : « Si seulement vous lui en aviez fait part plus tôt, il/elle aurait pu vous donner les moyens nécessaires pour boucler ce projet dans les délais ! La leçon à tirer ici : dès que vous sentez qu’un problème prend de l’ampleur, faites-le savoir à votre supérieur(e). Anticiper les problèmes est une qualité essentielle aux yeux des managers. »
Erreur n°8 : Colporter les rumeurs
Danger : dans une situation économique difficile, la tentation est grande de s’inquiéter et d’être à l’écoute des rumeurs, mais attention.
L’alerte de Robert Half : « Ce qu’un manager recherche avant tout, ce sont des collaborateurs positifs et combatifs, une attente d’autant plus forte compte tenu du contexte économique actuel. Et puis, songez-y, l’enthousiasme est contagieux et les personnes dotées de cette qualité peuvent avoir une influence sur l’attitude de leur entourage. Et si tout le monde s’y met progressivement... »

« Une bonne relation avec son manager est essentielle. Sa qualité influe sur la réussite professionnelle, et sur le bien-être au travail, qui est essentielle au quotidien. N’oubliez pas que votre manager peut s’avérer un allié et un soutien de poids, et ce tout au long de votre carrière. », conclut Noëmie Cicurel.


A propos du groupe Robert Half :

  • Fondé en 1948,
  • Leader mondial du recrutement temporaire et permanent spécialisé,
  • Coté à la Bourse de New York,
  • Implanté en France depuis 1989,
  • Intervient sur tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et fiscal ainsi que de l’assistanat et du secrétariat,
  • Présent à Paris, La Défense, Versailles, Saint-Denis, Massy, Lyon, Nantes, Lille et Aix-en-Provence
  • Compte plus de 360 bureaux dans le monde (Etats-Unis, Canada, Europe, Australie, Asie, Nouvelle-Zélande, Moyen-Orient)

Robert Half International a été élue entreprise où il fait bon travailler par Best Workplaces édition 2008.
Son site Internet : www.roberthalf.fr

Document: Téléchargez ce communiqué de Presse