Comment négocier son salaire après avoir reçu une offre d’embauche

Par Robert Half on 09/10/2020

Il n’est pas vraiment surprenant qu’autant de gens soient mal à l’aise à l’idée de demander plus d’argent quand leur recherche d’emploi est terminée et qu’on leur a fait une offre d’embauche. Si le salaire est correct, personne n’a envie de gâcher ses efforts après être arrivé aussi loin. Et certains candidats sont encore plus susceptibles d’adopter ce comportement qu’avant la pandémie de COVID-19.

Bien que le nombre de chercheurs d’emploi augmente, les entreprises se livrent toujours concurrence pour recruter les meilleurs candidats. Voilà pourquoi les professionnels les plus demandés se voient toujours proposer des salaires compétitifs.

Si vous possédez des compétences spécialisées et un CV impressionnant mais que vous ne négociez pas le salaire proposé, vous risquez de ne pas gagner autant que vous le pourriez. 36 % des managers récemment sondés par Robert Half se disent plus enclins qu’il y a un an à négocier le salaire de départ des nouvelles recrues, 50 % se déclarant aussi disposés à le faire qu’avant. Néanmoins, ce serait une erreur de foncer tête baissée pour négocier votre salaire d’embauche sans être bien préparé. En général, les responsables du recrutement vous laisseront le temps de réfléchir à leur proposition et ne s’attendent donc pas à une réponse immédiate.

Voici huit conseils pour négocier votre salaire qui vous aideront à demander ce que vous voulez avec tact et confiance en vous.

1. Familiarisez-vous avec les tendances salariales du secteur d’activité

Vous devez vous informer au maximum avant d’entamer une négociation salariale. L’information est votre plus puissante alliée. Pour obtenir une vision actuelle et réaliste des rémunérations dans votre secteur d’activité, consultez le Guide des salaires 2021 de Robert Half. Vous y trouverez le salaire actuel de votre métier et pour votre niveau d’expérience.

Vous pourrez répondre à l’offre d’embauche avec plus d’assurance si vous vous rendez compte que vous êtes bien positionné pour décrocher l’un des postes les mieux payés du moment. Comme l’employeur a peut-être beaucoup de mal à trouver une personne qui possède assez de compétences et d’expérience, c’est l’occasion de négocier un salaire plus élevé.

Autres données intéressantes : bien que 44 % des managers sondés par Robert Half déclarent ne pas avoir modifié les salaires de départ, 28 % les ont augmentés depuis le début de la pandémie.

2. Préparez vos arguments

Après avoir reçu une proposition de salaire, ne la contrez pas tout de suite par un montant supérieur. Même si vos recherches le justifient, vous aurez plus de chances de réussite en expliquant pourquoi vous pensez mériter plus. Mettez en valeur vos points forts en détaillant tous les « plus » dont l’entreprise bénéficierait en recrutant une personne possédant votre expérience.

Avant de négocier, notez par écrit les manières concrètes dont vos compétences et votre expérience peuvent contribuer à la réussite de votre nouvelle entreprise. Par exemple, le fait de posséder des certifications ou des compétences techniques spécialisées peut améliorer votre niveau de performance au travail, alors n’oubliez pas de les mentionner. En associant vos points forts avec les fonctions que vous assumerez, vous aurez de solides arguments pour justifier un salaire supérieur à l’offre initiale.

3. Ne mentez pas

Il est indispensable de rester parfaitement honnête quand on négocie son salaire. Soyez sûr que l’offre d’embauche sera annulée si le responsable du recrutement découvre que vous avez inventé une autre offre concurrente ou gonflé le salaire que vous touchiez à des postes précédents.

4. Prenez en compte les avantages annexes

Les négociations salariales impliquent souvent des concessions sur les avantages offerts aux salariés. Pour un employeur, il peut s’avérer moins onéreux de céder du terrain sur des jours de congés supplémentaires, des horaires aménagés ou, surtout en ce moment, un planning de télétravail, que de consentir à un salaire plus élevé.

Réfléchissez à ce qui compte le plus pour vous et rendrait l’offre plus attractive. Si vous hésitez entre plusieurs offres, veillez à comparer directement la couverture santé, les plans d’épargne retraite et les autres avantages pour documenter votre décision. De plus, prenez en considération les à-côtés tels que les possibilités de formation professionnelle offertes par l’employeur potentiel.

5. N’improvisez pas

Certaines personnes trouveront cela exagéré, mais il peut être utile de solliciter un ami ou un mentor pour répéter la conversation que vous êtes susceptible d’avoir avec le responsable du recrutement. Ici, le partenaire idéal sera une personne qui connaît bien le monde de l’entreprise et peut vous coacher pour que vous paraissiez sûr de vous et sachiez répondre aux questions inattendues. En répétant plusieurs fois votre speech, vous gagnerez en assurance pour parler salaire.

6. Sachez quand jeter l’éponge

Un employeur raisonnable n’annulera pas une offre d’embauche juste parce que vous avez essayé de négocier votre salaire, mais si les discussions s’étirent en longueur, vous risquez d’agacer le responsable du recrutement et de démarrer votre relation du mauvais pied. Si l’entreprise ne peut pas satisfaire vos attentes à l’issue de quelques discussions, déclinez l’offre de manière respectueuse et concentrez-vous sur les opportunités qui correspondent mieux à vos prétentions salariales.

7. N’oubliez pas de tout formaliser par écrit

Une fois que vous et le responsable du recrutement êtes tombés d’accord sur une enveloppe salariale, demandez à ce que l’offre soit formalisée par écrit. Outre le montant du salaire, celle-ci doit inclure toutes les dispositions particulières, par exemple une prime à la signature ou une prise en charge des frais de déménagement, ainsi que la description du poste et la liste de vos nouvelles responsabilités. Veillez à ce que le document soit signé par vous et l’employeur. Certaines entreprises le fournissent automatiquement dans le cadre du contrat de travail, mais si tel n’est pas le cas, demandez au moins un document informel.

8. Il n’est pas question que de vous

N’oubliez pas que la plupart des managers n’aiment pas négocier non plus. Votre futur employeur n’est pas votre adversaire. Gardez un ton positif quand vous négociez votre salaire et vos avantages : cela vous aidera à aborder ces discussions plus efficacement.

Si vous souhaitez obtenir un meilleur salaire de départ, vous devez le demander. Les candidats acceptent trop souvent le premier chiffre mis sur la table, mais que l’économie soit forte ou incertaine, les employeurs sont impatients d’intégrer dans leur équipe une personne possédant les compétences spécialisées et l’expertise qui leur seront les plus utiles. Préparation, tact et confiance en soi sont ici les clés de la réussite.

Consultez nos offres d'emploi

Hide Breadcrumb
On
Hide Title
Off

Articles récents