Comment parler de vos points faibles pendant un entretien

Par Robert Half on 30/03/2021

Parmi toutes les questions posées en entretien d’embauche, « Quels sont vos points forts ? » est un classique auquel il est toujours assez facile de répondre. Elle vous invite à mettre en lumière toutes les compétences et expériences qui font de vous le candidat idéal pour le poste. C’est quand on vous interroge sur vos points faibles que les choses se corsent.

« Parlez-moi de vos points faibles » est une demande sur laquelle trébuchent beaucoup de candidats et cela n’a rien d’étonnant : comment parler de ses défauts à un recruteur sans paraître incompétent pour le poste ?

C’est délicat, mais possible.

Comment aborder la question des points faibles

En fait, vous devez évoquer vos points faibles de manière à marquer des points au lieu d’en perdre. N’oubliez pas que ce que les chargés de recrutement cherchent vraiment à savoir, c’est si vous savez gérer l’adversité au travail.

Pour commencer, réfléchissez aux limitations qui vous ont posé problème dans votre vie professionnelle. Par exemple, dressez la liste de vos défauts en vous référant à vos précédents bilans de performance et aux remarques de vos superviseurs sur vos domaines d’amélioration.

De plus, prenez soin de faire des recherches sur l’entreprise et le poste vacant. Analysez minutieusement l’offre d’emploi avant l’entretien pour ne pas citer un défaut qui serait rédhibitoire pour l’embauche. Relisez la description de poste pour identifier les qualités et les compétences indispensables pour réussir. Ces compétences techniques et relationnelles ne doivent pas apparaître sur votre liste de points faibles. Tous les autres défauts sont permis.

Exemples de points faibles dans la vie professionnelle

Vous vous sentez concernés par les points faibles suivants ? Mieux vaut ne pas les citer si le poste requiert des compétences spécifiques dans ces domaines.

  • Inexpérimenté sur certains logiciels
  • Tendance à prendre trop de responsabilités
  • Nerveux à l’idée de parler en public
  • Hésite à déléguer les tâches
  • Mal à l’aise avec la prise de risques importants
  • Impatient face aux formalités administratives

À éviter dans votre réponse

Votre première réaction sera peut-être de dire : « Je n’ai pas de points faibles et rien ne peut m’empêcher de bien faire mon travail ». Sauf que personne n’est parfait et que les responsables du recrutement le savent. Si vous répondez à cette question avec une dénégation enthousiaste, le recruteur pensera probablement que vous manquez de recul, que vous êtes arrogant ou incapable de tirer les leçons de vos erreurs.

Pendant un entretien d’embauche, les chargés de recrutement se montrent également prudents face aux réponses qui tentent de faire passer quelque chose de positif pour un point faible, avec des exemples classiques tels que « Je suis perfectionniste », « J’ai l’esprit de compétition » et « Je travaille trop ». Les responsables du recrutement ne sont pas dupes de ces réponses toutes faites, mais vous pouvez les utiliser si vous ajoutez des détails en lien avec le poste pour montrer que vous avez vraiment réfléchi à la question.

Par exemple, vous pouvez proposer ce type de réponse : « Je suis extrêmement exigeant avec moi-même et je m’inflige parfois trop de pression. J’ai appris à reconnaître les moments où j’ai tendance à le faire, par exemple quand je passe trop de temps sur de gros projets comme les rapports trimestriels, et je suis généralement capable de corriger le tir. »

Présentez vos points faibles sous un jour positif

Une fois que vous avez identifié votre point faible, préparez une réponse pour le présenter sous le meilleur jour possible. Comment procéder ? Voici trois suggestions :

  • Insistez sur le positif en évitant les mots négatifs comme échec ou inapte.
  • Expliquez comment vous avez transformé votre point faible en point fort.
  • Montrez que vous connaissez vos domaines d’amélioration et que vous prenez des mesures en ce sens.
  • Comment améliorer vos points faibles ?
  • Prenez des cours ou suivez une formation.
  • Utilisez des outils, par exemple des applications pour gérer votre emploi du temps, planifier des pauses ou collaborer de manière plus fluide.
  • Travaillez avec un mentor.
  • Faites du bénévolat pour acquérir une nouvelle compétence.
  • Adhérez à des groupes professionnels ou à des associations de votre secteur d’activité.

Exemples de réponses à la question « Quels sont vos points faibles ? »

Cette question vous offre l’occasion de vous distinguer du lot. De quelle façon ? Vous pouvez montrer au chargé de recrutement que vous êtes conscient des domaines dans lesquels vous devez vous améliorer et que vous prenez des mesures à cette fin. Voici un exemple de réponse illustrant cette approche :

  • « Même si j’ai toujours respecté mes délais, j’avais un problème de procrastination et me retrouvais à faire de nombreuses heures supplémentaires à l’approche des échéances. J’ai décidé de résoudre ce problème en prenant des cours de gestion de projet et de planning. J’ai appris à organiser mes journées et à aborder les plus gros projets par étapes gérables. Maintenant, j’établis un plan dès qu’on me confie une nouvelle mission et je suis souvent en avance sur mes deadlines. »

L’exemple suivant illustre la manière dont vous pouvez utiliser les exigences du poste pour formuler votre réponse. Imaginons que vous n’êtes pas très doué en rédaction et que vous postulez à un poste de graphiste. La description de poste précise que des compétences en conception de production et une expérience de certains logiciels sont indispensables, mais ne mentionne rien sur la création de contenu. En entretien, vous pourriez répondre à la question sur vos points faibles de la manière suivante :

  • « J’ai toujours été intéressé par la conception et n’ai pas beaucoup d’expérience en développement de contenu. Je dirais donc que c’est un point faible, mais j’apprends vite et je suis convaincu de pouvoir améliorer mes capacités de rédaction si mon poste l’exige. »

Autrement, si vous postulez à un poste d’analyste financier qui exige, entre autres, des comptes-rendus réguliers avec vos supérieurs hiérarchiques, n’allez surtout pas dire au chargé de recrutement que vous avez des problèmes de communication.

Pourquoi cette question est-elle importante ?

Comme la plupart des questions courantes en entretien, celle qui concerne vos points faibles appelle une réponse qui peut être difficile à formuler, mais ne la considérez pas comme un obstacle à contourner ou un piège à éviter. C’est l’occasion de montrer à l’employeur que vous savez tirer les leçons d’une critique constructive, que vous êtes prêt à faire des changements quand vous êtes confronté à des défis, que vous savez vous relever et repartir du bon pied. Tout employeur considèrera cela comme des points forts.

Plus de publications sur les questions posées en entretien

Consultez nos offres d'emploi

Articles récents