Bienveillance et management : une combinaison gagnante

Par Robert Half 06/12/2016

Il y a les objectifs et la pression du marché, de la concurrence, de l’innovation… Pour les managers, faire attention à ses équipes n’est pas toujours si simple. Surtout si, derrière, la hiérarchie rôde et en demande toujours plus. Pourtant, soyons clair ! Un manager bienveillant est souvent plus en mesure d’embarquer ses collaborateurs et obtenir d’eux un engagement plus élevé. Alors, on tente la bienveillance ?

Les apôtres du management bienveillant n’ont pas forcément bonne presse. On va les accuser au mieux d’être de doux idéalistes, au pire des bisounours qui représentent une menace claire pour la performance et la productivité. Mais avec près de 3 millions de Français qui se déclarent en burn-out, adapter ses méthodes de management peut représenter une vraie opportunité pour faire bouger les lignes et obtenir davantage d’engagement.

Bienveillance 2

Pourquoi ?

Justement, l’engagement… Être bienveillant envers ses collaborateurs crée de la reconnaissance et généralement une adhésion sur la personne du manager. De fait, les salariés vont davantage avoir envie de mouiller le maillot pour un manager qui les écoute et les traite avec respect que pour un manager effroyablement directif et indifférent. Les bénéfices de la bienveillance managériale se mesurent sur le long terme. En effet, vous pouvez enclencher une dynamique de confiance au sein de votre équipe. Bientôt, vous vous apercevrez que vos collaborateurs sont plus autonomes, plus productifs et plus motivés.

Être dans une posture d’écoute

La première pierre à poser pour devenir un manager bienveillant est de savoir ouvrir les oreilles (et d’écouter, pas seulement d’entendre). Pour opérer les bonnes décisions, vous devez être en mesure de recueillir les avis et les ressentis de vos collaborateurs. Non seulement ce sont eux qui sont sur le terrain mais ils vont également apprécier le fait qu’on valorise leurs prises de parole. Vous faites alors d’une pierre deux coups : vous disposez de davantage d’éléments pour décider tout en donnant de l’importance aux insights de votre collaborateur !

Personnaliser

Chaque membre de votre équipe est unique et un manager bienveillant a conscience qu’une démarche individualisée constitue une manière idéale pour que les salariés se sentent reconnus. Mais, comment tourner son management vers l’individu ? Tout d’abord, en vous adaptant aux particularités de chaque collaborateur. Certains apprécient qu’on leur parle de manière franche, d’autres qu’on ait un discours plus empathique. Si vous ajuster votre discours en fonction de la personnalité de votre collaborateur, vous aurez davantage de chances d’être compris ! 

Fixer des objectifs cohérents

Les objectifs peuvent devenir un vrai cauchemar dans les équipes, surtout quand on sait dès le départ qu’ils sont inatteignables. En effet, il ne faut pas se tromper entre recherche de l’excellence et ambitions fantaisistes. Il est donc préférable de nouer un « contrat » réaliste avec ses équipes. 

Reconnaître

Parmi les attentes des nouvelles générations (Y et Z), les sondages et enquêtes révèlent régulièrement une forte attente des jeunes autour de la reconnaissance. En effet, les salariés veulent de plus en plus obtenir des feedbacks sur leurs performances et leurs actions. Cela leur permet de s’améliorer de manière continue. La capacité d’un manager à féliciter, encourager ou rassurer, a également une autre vertu : le salarié a le sentiment que son travail est respecté.

Instaurer le droit à l’erreur

Un manager bienveillant est celui qui admet la possibilité de se tromper et comprend quand il est réellement opportun de sanctionner un salarié ayant commis une erreur. Il est important de considérer que l’on apprend de ses erreurs et instaurer un droit à l’erreur permet de libérer les énergies car il crée un climat de confiance. Attention ! Autoriser l’erreur ne signifie pas ne jamais sanctionner. Ce qui compte, c’est d’être juste ! 

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Méthodes pour mieux gérer un conflit au travail.
Les 8 caractéristiques du mauvais manager.
Qualité d’un manager : savoir quand un opérationnel peut devenir manager.

Les articles qui peuvent vous intéresser