Le bonheur au travail, est-ce quelque chose de naturel ou de nécessaire ?

Par Robert Half 15/03/2017

Le bonheur au travail est probablement l’un des concepts les plus incompris dans les entreprises d’aujourd’hui. Que signifie le bonheur au travail ? Pourquoi est-ce important ? Comment pouvez-vous le mettre en œuvre ?

Quand on leur demande s’ils sont « heureux » au travail, peu de gens affirment être heureux tous les jours et à chaque instant de la journée. Le stress quotidien, par exemple les délais de dernière minute, les projets difficiles et les relations avec les collaborateurs, peuvent mettre nos émotions à rude épreuve.

Un salarié frustré parce que tout ne se passe pas toujours comme prévu peut néanmoins être heureux au travail, à condition que cette insatisfaction ne prenne pas le pas sur tout le reste. Le bonheur au travail correspond-il donc simplement à une émotion naturelle qui survient pendant que les collaborateurs jonglent entre les différentes responsabilités de leur vie quotidienne ? Ou est-ce quelque chose que l’équipe de direction d’une entreprise peut promouvoir activement ? Le cas échéant, quels sont les facteurs qui permettent d’être heureux au travail ?

La définition du bonheur

Tout d’abord, il faut s’interroger sur la véritable signification du bonheur dans un contexte professionnel. Est-ce le sentiment qu’on éprouve quand un projet est mené à bien et que notre manager nous félicite ? Ou s’agit-il d’un sentiment plus profond provoqué par des facteurs sous-jacents qui influencent le moral, la productivité et l’implication des équipes ?

Le docteur Christine Carter, membre du Greater Good Science Center de l’université de Californie, affirme que les gens confondent souvent le bonheur au travail (et dans la vie) avec des moments de satisfaction éphémères. Selon elle, le bonheur repose sur le fait de pouvoir accéder à « un large éventail d’émotions positives », comme l’espoir, l’optimisme, la confiance en soi, la gratitude, l’inspiration et l’admiration.

Nic Marks, PDG de Happiness Works, résume le bonheur au travail à trois émotions positives :

Enthousiasme : Un état d’esprit énergique qui aide les gens à être plus créatifs et à saisir les opportunités. L’enthousiasme permet aussi de mobiliser nos efforts et ceux des autres.
Intérêt : Il s’agit d’une « force de concentration » qui nous aide à nous impliquer dans des tâches parfois difficiles à court terme, mais qui offrent des avantages à moyen ou à long terme.
Contentement : C’est le « rayonnement » qu’on ressent après avoir réalisé quelque chose. Le contentement peut nous motiver à prendre les mesures nécessaires pour reproduire le même type de succès.

Selon une étude mandatée par Robert Half, un nombre croissant de recherches indiquent que les entreprises qui performent ont des équipes épanouies, plus impliqués, plus fidèles et plus créatives que les autres. Le bonheur joue aussi un rôle important en termes de productivité et de qualité du travail. Selon une étude menée par Horizons Workforce Consulting, près des deux tiers des salariés heureux affirment régulièrement redoubler d’efforts dans leur travail. Une autre étude publiée par le Journal of Applied Psychology révèle que les collaborateurs les plus satisfaits par leur travail sont plus enclins à aider les autres et à faire preuve de coopération.

Et surtout, le bonheur est bon pour la santé : quand il y a moins de surmenage et de frustration chronique, les salariés sont moins malades et le taux d’absentéisme chute.

Pourtant, de nombreux patrons et managers considèrent encore le « bonheur au travail » comme un concept « secondaire » et non comme une priorité pour l’entreprise. Vous ne pouvez pas forcer vos collaborateurs, ni contrôler tous les facteurs qui contribuent à leur bonheur, mais vous pouvez créer des conditions favorables à leur épanouissement pour développer un état d’esprit positif au travail.

Bonheur

Les 6 facteurs qui influent sur le bonheur au travail

Le bonheur est une expérience personnelle et il n’existe pas de « formule magique » applicable à tout le monde. En revanche, le rapport « le bonheur au travail, tout le monde y gagne » de Robert Half met en avant certains facteurs universels qui influencent directement le bonheur des équipes et permet la fidélisation.

  1. Le candidat idéal pour le poste et pour l’entreprise : Quand vous embauchez des candidats qui correspondent à la culture de votre entreprise, ils s’intègrent plus facilement et deviennent productifs plus rapidement. Inversement, une erreur de recrutement peut nuire au moral de toute une équipe.
  2. La responsabilisation : Il existe plusieurs façons de promouvoir le bonheur au travail, notamment en laissant vos salariés prendre des décisions eux-mêmes. La responsabilisation les aide à avoir davantage confiance en eux, augmente leur niveau d’implication et leur permet de développer des compétences stratégiques qu’ils pourront ensuite utiliser pour faire progresser leur carrière tout en apportant des contributions plus importantes à votre entreprise.
  3. Se sentir apprécié : Quand vous montrez à vos collaborateurs que vous appréciez leurs efforts et leur dévouement, vous les fidélisez tout en créant un environnement de travail positif. Pour un maximum d’impact, le docteur Christine Carter recommande de féliciter les membres de son équipe avec sincérité et précision le plus rapidement possible.
  4. Un travail intéressant et utile : Les salariés qui trouvent leur travail utile ont près de 2,5 fois plus de chances d’être heureux que les autres – l’étude de Robert Half indique que c’est même le principal facteur de bonheur des professionnels du marketing et des créatifs. Il est important de partager votre vision avec vos employés pour les aider à rester concentrés sur leurs objectifs quand tout va bien, mais aussi quand l’entreprise rencontre des difficultés. Selon l’auteur Todd Henry, « les collaborateurs heureux sont conscients de l’importance de leur travail ».
  5. Traitement équitable : Essayez toujours de vous montrer équitable et transparent dans vos prises de décisions. Autrement dit, veillez à la clarté des politiques relatives aux salaires, aux promotions et aux projets. Montrez que vous êtes disponible et à l’écoute des salariés qui ne se sentent pas traités équitablement.
  6. Des relations positives au travail : La camaraderie au travail améliore la communication, la coopération et la collaboration entre les employés tout en alimentant l’innovation. Selon le docteur Aymee Coget, fondatrice de Happiness for HumanKIND, tout passe d’abord par le leadership : « Quand un manager incarne une attitude positive, il influence son équipe, ses clients et même les clients de ses clients »

Pour en savoir plus, téléchargez notre étude : Le bonheur au travail, tout le monde y gagne

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Satisfaction professionnelle : pourquoi vous devez en parler avec vos collaborateurs
Le bonheur au travail, on a pas fini d'en parler
Bienveillance et management : une combinaison gagnante

 

Les articles qui peuvent vous intéresser