Comment répondre aux questions comportementales en entretien

Par Robert Half on 15/09/2020

Vous venez d’apprendre que vous avez décroché un entretien d’embauche. En préparant vos réponses aux demandes concernant vos compétences et votre expérience, vous vous rendez compte que vous êtes à l’aise avec ces questions, mais vous avez des doutes sur les questions d’ordre comportemental posées en entretien. Voici comment vous préparer à y répondre.

Que sont les questions comportementales ? Ce sont celles que les employeurs vous posent pendant un entretien pour en savoir plus sur votre façon de penser et sur ce que vous avez fait – ou feriez – dans certaines situations.

Vos réponses sont supposées donner une idée de votre capacité à résoudre les problèmes. Alors, quels sont les meilleurs conseils à suivre pour vous préparer à ces questions comportementales ?

 

1.Préparez des récits captivants.

Pour répondre à certaines questions comportementales, vous devrez parfois vous remémorer une situation difficile vécue au travail. Avant votre entretien d’embauche, réfléchissez à plusieurs situations complexes dont vous avez fait l’expérience et dressez la liste des mesures que vous avez prises pour résoudre chaque problème.

En réfléchissant aux problèmes que vous avez rencontrés au travail, préparez plusieurs récits brefs que vous pouvez raconter en une ou deux minutes. Citez des exemples de situations où vous avez réussi à surmonter des obstacles, à gérer une crise ou à favoriser la réussite d’une collaboration professionnelle. Pensez à votre niveau d’ouverture aux idées nouvelles, à votre expertise quand il s’agit de trouver un terrain d’entente et aux expériences dont vous pouvez vous inspirer pour résoudre des problèmes complexes à l’avenir.

Imaginons que le responsable du recrutement vous pose la question suivante : « Quand il vous est arrivé d’être en total désaccord avec les membres de votre équipe, comment avez-vous exprimé vos émotions ? »

Selon toute vraisemblance, il vous est déjà arrivé d’être en désaccord avec un supérieur hiérarchique ou un collègue. Pour répondre à cette question, choisissez un exemple qui peut être présenté sous un jour positif. Peut-être qu’une différence d’opinion a permis d’identifier un problème que vous avez réussi à résoudre, ou de révéler un éclairage qui a permis de gagner en efficacité ? Partagez votre processus de réflexion et expliquez avec quel tact vous avez communiqué vos inquiétudes et vos émotions, mais restez toujours concentré sur le résultat positif. 

 

2.Prenez différents sujets en compte.

Les responsables du recrutement veulent en savoir plus sur vos expériences professionnelles concrètes parce qu’ils ont besoin d’informations sur votre comportement futur.

Voici une autre question comportementale typique posée en entretien : « Parlez-moi d’une situation professionnelle où vous avez défini et atteint un objectif ambitieux. »

Citez un objectif mesurable et associé à une contrainte de temps. Vous avez finalisé un projet clé en un temps record ? Augmenté le trafic du site Web de votre entreprise ? Trouvé une méthode créative pour réduire les coûts trimestriels dans votre département ? Réalisé des chiffres de vente ambitieux ? Parlez des étapes stratégiques que vous avez suivies et des méthodes utilisées pour obtenir ces résultats. Si possible, citez des chiffres pour quantifier votre succès.

Inversement, on peut aussi vous poser la question comportementale suivante : « Pourriez-vous me parler d’une situation où vous n’avez pas réussi à atteindre un objectif ? »

Personne n’est parfait, et vous avez là l’occasion de parler d’une erreur dont vous avez su tirer les enseignements. Au lieu de mentionner un point faible, mettez en avant une situation difficile où les choses ne sont pas déroulées comme prévu et où vous n’avez pas obtenu tous les résultats escomptés. La première partie de votre réponse concernera ce que vous auriez fait avec le recul – ou ce que vous ferez à l’avenir grâce à la leçon tirée de cette expérience.

Voici une liste d’autres questions comportementales couramment posées en entretien :

•    Décrivez une situation où vous avez dû sortir de votre zone de confort.

•    Racontez-moi une expérience où vous avez dû expliquer quelque chose de complexe à un client ou un collaborateur.

•    Avez-vous déjà convaincu un manager de changer d’orientation sur un projet ? Comment vous y êtes-vous pris ?

•    Citez-moi un exemple où vous avez dû prendre une décision impopulaire.

•    Décrivez une expérience où vous n’avez pas réussi à tenir un délai. Qu’avez-vous fait ?

 

3.Soyez prêt à réagir rapidement.

D’autres questions comportementales concernent des situations que vous pourriez rencontrer. Il s’agit de scénarios hypothétiques où vous ne pouvez pas faire appel à votre expérience passée.

Ces questions parfois qualifiées de « situationnelles » peuvent être difficiles si vous n’y avez jamais réfléchi auparavant. Le cas échéant, vous devrez improviser et réagir rapidement. Quand vous décrivez vos actions hypothétiques, parlez du problème, de la solution et de l’avantage retiré.

Voici un exemple de question situationnelle : « Comment réagiriez-vous face à un client qui vous reproche avec insistance d’avoir commis une erreur ? »

Que vous ayez ou non commis une erreur, le secret consiste à se concentrer sur la résolution. Le recruteur veut savoir comment vous gérez les conflits. Au lieu de rejeter la faute sur autrui, parlez de la manière dont vous géreriez la plainte en soulignant les étapes que vous suivriez pour apaiser la situation.
Autre exemple de question : « Que feriez-vous si on vous confiait un projet pour lequel vous ne possédez pas les compétences ou les connaissances nécessaires ? »

Une réponse efficace consiste à mettre en avant votre esprit d’initiative, votre adaptabilité et votre envie de réussir. Il peut s’agir de demander une formation à l’entreprise, de solliciter l’aide d’un collègue expert ou de réunir systématiquement les informations nécessaires pour mener la mission à bien. Autrement dit, votre réponse doit refléter une approche positive et innovante.

 

4.Entraînez-vous à répondre aux questions situationnelles.

Voici quelques exemples de questions à prendre en compte. Même si on ne vous les pose pas précisément, vous entraînerez votre cerveau à formuler des réponses à ce type de questions.

•    Que feriez-vous si on vous demandait de collaborer sur un projet avec un collègue au style de travail radicalement différent du vôtre ?

•    Si vous deviez gérer plusieurs projets aux délais serrés, comment feriez-vous pour ne pas perdre le fil ?

•    Si un manager n’était pas satisfait de votre travail, comment réagiriez-vous ?
 

5.Derniers conseils avant l’entretien

N’apprenez pas vos réponses par cœur, mais essayez d’adopter une stratégie globale pour évoquer les sujets potentiels avec des anecdotes captivantes. Répétez vos récits à voix haute. Vous pouvez aussi vous enregistrer. Demandez à un ami ou un membre de votre famille de vous écouter et de vous aider à améliorer vos récits.

La méthode STAR (Situation, Tâche, Action et Résultats) est l’une des techniques utilisées pour répondre aux questions posées en entretien. Elle vous aide à articuler vos réponses autour du « quand », du « où », du « quoi » et du « comment », ainsi qu’à exprimer les résultats sans vous perdre en digressions.

Ce qu’il faut retenir : les questions comportementales ne sont pas des stratagèmes conçus pour vous piéger. Considérez-les plutôt comme une occasion de mettre en avant votre perspicacité, votre expérience et votre esprit critique, autant d’indicateurs de votre succès futur.

Consultez nos offres d'emploi

Hide Breadcrumb
On
Hide Title
Off

Articles récents