Comment gérer le jeu politique en entreprise

Par Robert Half on 05/11/2020

La gestion du jeu politique en entreprise n’est peut-être pas l’aspect le plus agréable de votre travail, mais elle est indispensable à votre réussite en tant que manager. Voici quelques conseils utiles pour toute personne chargée d’encadrer une équipe.

Il y a toujours un aspect politique en jeu dans presque tous les départements ou toutes les entreprises. De quoi s’agit-il exactement ? Cela concerne les salariés qui agissent pour faire passer leurs propres intérêts avant ceux de l’entreprise – et de leurs collaborateurs et patrons.

Bien que cette dynamique soit plus courante dans certaines entreprises que d’autres, rares sont celles qui en sont totalement exemptes. En réalité, 65 % des salariés récemment sondés par Robert Half affirment qu’il faut être politique en entreprise pour pouvoir prendre une longueur d’avance sur les autres.

Cela place les managers devant un défi : s’ils laissent faire, la négativité induite par un environnement de travail trop compétitif peut créer une ambiance toxique qui nuit au moral des collaborateurs ainsi qu’à vos efforts de rétention.

Bien sûr, un peu de saine compétition entre les membres de votre équipe n’est pas nécessairement une mauvaise chose, mais il n’y a qu’un pas entre une ambiance propice à l’amélioration des performances de l’équipe et une atmosphère qui génère de l’animosité et de la rivalité.

Voici quelques conseils pour gérer efficacement le jeu politique en entreprise :

1. Faites l’état des lieux

Vos collaborateurs ont-ils l’impression de devoir rivaliser les uns avec les autres pour réussir, ou du moins pour ne pas se laisser distancer ? Même si vous pensez connaître la réponse, faites l’effort de leur poser la question et de les observer.

Prenez du recul et évaluez l’ambiance de travail en vous mettant à la place de vos salariés. Les fonctions et les plans de carrière sont-ils clairement définis ? Les félicitations en public et les promotions sont-elles étroitement liées aux performances, ou sont-elles parfois uniquement accordées aux plus doués pour faire leur autopromotion ? Avant de pouvoir résoudre les problèmes soulevés par le jeu politique en entreprise, vous devez observer la situation en adoptant le point de vue des membres de votre équipe.

2. Restez à l’écoute de chaque salarié

Pour être efficaces, les politiciens doivent être bien informés sur les problèmes qui touchent leurs électeurs. Il en va de même pour la relation entre managers et salariés. Quand il s’agit de politique en entreprise, l’ignorance ne fait donc pas le bonheur.

Essayez de rester à l’écoute de l’ambiance qui règne au sein des membres de votre équipe. Encouragez les collaborateurs à venir vous faire part de leurs problèmes. De plus, comme il y a certaines questions que tout le monde n’osera pas évoquer, prenez les devants pour communiquer régulièrement avec chaque membre de l’équipe. Ces discussions informelles en tête à tête vous permettront d’évaluer le moral des troupes et d’étouffer les problèmes dans l’œuf.

3. Intervenez lorsque c’est nécessaire

Il est normal que des collaborateurs ne soient pas toujours d’accord. Il y aura toujours des luttes de pouvoir, des querelles territoriales et des mesquineries. Bien que vous ne puissiez pas vous permettre d’intervenir dans la moindre chamaillerie de bureau, ne restez pas les bras croisés à ne rien faire si un conflit nuit à la productivité et aux priorités de l’entreprise.

Quand il est évident que vous devez intervenir, organisez une réunion ou un appel en visio et écoutez attentivement les points de vue de chaque partie impliquée. Si vous vous rendez compte qu’une personne est souvent à l’origine de frictions, prévoyez rapidement un entretien avec elle.

La manipulation, la médisance, le sabotage et le besoin d’occuper le centre de l’attention constituent tous des comportements très destructeurs (et potentiellement contagieux). Votre volonté de régler les désaccords dès leur apparition – et sans détour – fera beaucoup pour préserver une ambiance de travail saine.

4. Évitez tout favoritisme

Vous êtes évidemment prêt à consentir tous les efforts nécessaires pour retenir vos meilleurs collaborateurs, mais pas aux dépens des autres. Si vous établissez des règles spéciales qui ne semblent s’appliquer qu’à certaines personnes, vous ne ferez que susciter du ressentiment.

Tout est une question de perception. Si vous avez réprimandé des collaborateurs parce qu’ils étaient en retard aux visioconférences, vous ne pouvez pas fermer les yeux si votre salarié le plus performant le fait continuellement. Dans la même veine, si vous autorisez votre plus proche collaborateur à travailler avec des horaires aménagés, les autres devraient avoir droit à la même chose.

Les traitements de faveur peuvent inciter leurs bénéficiaires à se croire tout permis et risquent de contrarier tous les autres. Vous devez être réputé pour votre équité et votre capacité à traiter tout le monde sur un pied d’égalité.

5. Montrez l’exemple

Comme vos collaborateurs calquent leur comportement sur le vôtre, vos actes doivent refléter vos paroles. Montrez-vous positif face à l’adversité, restez à l’écart des commérages et ne critiquez jamais les décisions de votre propre patron ou de vos pairs en public.

En réalité, vous ne pouvez pas éliminer tous les aspects négatifs de la politique en entreprise, même quand les salariés sont en télétravail. Néanmoins, si vous vous montrez d’un grand soutien, que vous restez loyal et concentré sur l’équipe, vos collaborateurs seront beaucoup plus enclins à suivre votre exemple.

Vous recrutez ? On vous accompagne

Hide Breadcrumb
On
Hide Title
Off

Articles récents