Vous avez un handicap : quand faut-il en parler ?

Par Robert Half 02/01/2019

« Dois-je parler de mon handicap avant l’entretien d’embauche ? », « Faut-il expliquer mon handicap dans ma lettre de motivation ? », « Que va penser le recruteur ? », « Comment éviter de rentrer dans les détails ? »…

Autant de questions qu’une personne en situation de handicap peut se poser lorsqu’elle recherche un emploi. Quel est le bon moment pour évoquer votre situation ?

1. Mentionner votre handicap sur votre CV : une obligation ?

La réponse est non : il n’existe aucune obligation ! Avant tout, un CV doit refléter vos compétences, vos connaissances et vos qualités.
Et la lettre de motivation, dans tout ça ? Elle aussi a un objectif bien précis : montrer que vous avez compris l’enjeu du poste à pourvoir.

Malgré tout, vous souhaitez parler de votre handicap dans votre candidature ? Vous pouvez par exemple indiquer la pratique d’un handisport dans la partie « loisirs » ou votre engagement dans une association venant en aide aux personnes en situation de handicap dans la partie « divers ».

2. Anticiper l’entretien d’embauche : une nécessité !

Gardez en tête que les recruteurs que vous allez rencontrer ne connaissent pas forcément les problématiques liées au handicap et ne sont donc pas tous sensibilisés. Il est judicieux d’aborder la question du handicap de vive voix, dès la première entrevue : vous faites preuve de transparence et de sincérité envers le recruteur.

Préparez-vous à parler de votre situation et des éventuelles difficultés que vous pourrez rencontrer dans votre travail. De plus, consultez le site internet de l’entreprise : des informations sur sa politique handi-accueillante y sont peut-être indiquées !

handicap-quand-en-parler-entretien-d'embauche-avec-un-candidat-en-situation-de-handicap

3. Discuter de l’aménagement de poste

Lors de l’entretien d’embauche, n’hésitez pas à parler des éventuels aménagements de poste qui pourraient être mis en place suite à vos contre-indications médicales : impossibilité de porter des charges lourdes, besoin d’un écran grand format, mise à disposition d’un siège ergonomique, adaptation de l’éclairage du poste de travail, aménagement d’un véhicule de fonction, etc. Quel que soit votre handicap et qu’il soit visible ou non, faites en sorte de rester concentré(e) sur vos capacités et non vos incapacités.

L’idée est de permettre au recruteur de trouver des arrangements, d’anticiper et, si vous êtes choisi(e), de réussir votre intégration au sein de l’entreprise comme n’importe quel autre collaborateur.

Cela ne devra pas être un tabou, ni pour vous, ni pour l’employeur, ni pour vos futurs collègues !

4. Besoin d’une écoute et de conseils spécifiques ?

La période de recherche d’emploi pouvant être délicate, il est primordial de ne pas rester seul(e). N’hésitez pas à solliciter des conseils auprès d’associations :

  • LADAPT (l'association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées) propose un accompagnement par un parrain. Vous pourrez apprendre à parler de votre handicap face aux recruteurs et, ainsi, à prendre confiance en vous.
     
  • L’AIMETH (association pour l’insertion et le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés) aide également à réaliser les CV et apporte des réponses à vos questions liées au domaine juridique.

Sachez qu’il est également possible de ne pas parler de votre handicap. Tout dépend du cas de chacun : si vous estimez ne pas avoir besoin d’aménagement spécifique, libre à vous de ne rien dire.

 

Ces articles peuvent vous intéresser :
Egalité des chances
Handicap et emploi : réalités et possibilités
Entretien d'embauche : vous avez été parfait(e) !

Articles récents