Le bonheur au travail, on a pas fini d'en parler

Par Robert Half 20/01/2017

Cette année, les entreprises vont continuer à investir pleinement le champ du bien-être au travail et peut-être même celui du bonheur au travail. Sans compter l’incontestable avantage de compter des salariés en bonne santé et épanouis, les entreprises font surtout le lien entre bonheur et performance ou entre bonheur et engagement. Voilà pourquoi le thème du bonheur au travail sera une des grandes tendances de 2017 ! 

Ces dernières années, la loi s’est montrée particulièrement abondante sur les questions de souffrance au travail puis de prévention du stress et enfin de bien-être au travail. D’après l’article L. 4121-1 du code du travail : « L'employeur prend les mesures nécessaires pour protéger la santé physique et mentale des travailleurs. » En 2013, l’accord autour de la qualité de vie au travail crée une contrainte ou un objectif supplémentaire : contribuer à l’épanouissement des collaborateurs !

Le bonheur Vraiment ?

Aurianne Loetscher, coach et consultante, observe que le « bonheur est différent de la notion d’épanouissement ou de plaisir qui correspond à un état passager. Le bonheur relève de la sphère individuelle et s’inscrit dans une démarche et une quête personnelle qui trouve son sens dans l’existence elle-même. » Dès lors, ce terme convient-il dans un contexte professionnel. Surtout, faut-il distinguer entre le bonheur qu’on peut ressentir dans sa vie privée et celui qu’on va « atteindre » au travail ?

Clairement, le terme bonheur est peut-être un peu trop intense, mais il montre bien les préoccupations actuelles des entreprises, notamment à l’égard de leurs jeunes générations. Les frontières entre sphère personnelle et sphère professionnelle ayant tendance à se réduire, les jeunes talents veulent désormais s’accomplir dans leur job, ils veulent des missions épanouissantes et ils veulent travailler pour des entreprises dont les valeurs leur parlent. En ce sens, celui qui trouve cet employeur «idéal» se rapproche du bonheur. Aurianne Loetscher précise toutefois : « Au terme "provocateur" de bonheur au travail, il semble préférable de continuer à rassembler autour : du sens du travail, du faire ensemble pour un objectif commun, de la coopération, du développement de l’autonomie et de la responsabilisation… »

Le sens du bonheur

De nombreuses études montrent que les Français ne sont pas si malheureux que ça au travail. D’après l’observatoire Sociovision, quelque 81% des salariés se disent satisfaits de leur job en 2016 (77% en 2008). Du côté du baromètre d’Ederend-Ipsos, 76% des salariés estiment faire un travail intéressant et 66% éprouvent du plaisir à venir travailler le matin. Mais que signifie être heureux au travail ? Pour faire simple, on peut dire qu’un travailleur heureux est celui qui expérimente davantage d’émotions positives que d’émotions négatives.

D’après Laurence Saunder, directrice de Uside, l’individu dispose de 3 leviers pour développer les émotions positives au sein de l’entreprise :

  1. S’efforcer de voir l’aspect positif des choses : par exemple en se remémorant ses satisfactions ou ses succès et en mettant des mots dessus. Ainsi, on favorise de nouvelles connexions neuronales qui entraînent le cerveau à être satisfait.
  2. Développer des relations positives : par exemple en partageant des bons moments, en s’intéressant à l’autre (la curiosité), ou en reconnaissant la valeur de l’autre (le pouvoir des compliments).
  3. Apprendre à visualiser ses satisfactions futures : en fixant des objectifs atteignables, les individus renforcent les sentiments d’efficacité et de compétence. Le fait de parvenir à atteindre les objectifs permet d’avoir la satisfaction du travail fini et de visualiser ses réussites.
Le bonheur au travail

Plus de bonheur pour plus de performance !

Au bout du compte, l’objectif est clair (pour les salariés comme pour les entreprises) : être épanoui pour être plus performant, plus persévérant et plus créatif. Point intéressant : les entreprises plus engagées sur les questions de bien-être au travail présentent des équipes avec un plus fort taux d’engagement et un absentéisme nettement moins  marqué.

Téléchargez notre étude : Le bonheur au travail, tout le monde y gagne

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Satisfaction professionnelle : pourquoi vous devez en parler avec vos collaborateurs
Générations et culture du travail : une association un peu clichée ?
Bienveillance et management : une combinaison gagnante

 

Les articles qui peuvent vous intéresser