L’entretien annuel d’évaluation, indispensable mais décrié

Entretien annuel d'évaluation - Robert Half

Dans la plupart des entreprises, les salariés n’y couperont pas. Ils vont rencontrer leur manager pour échanger sur leurs compétences et leurs objectifs business. S’il reste incontournable, ce fameux entretien annuel d’évaluation (EAE) suscite des critiques de la part de ceux qui le trouvent chronophage et peu fluide.

 

 

Pour autant, sa disparition est loin d’être actée et nous vous donnons 5 conseils précieux pour le réussir !

A quoi sert l’entretien annuel d’évaluation ? Sa vocation consiste à la fois à évaluer les compétences professionnelles du salarié, identifier ses points forts et faibles, ses pistes d’amélioration, et ses objectifs atteints (ou non) et à venir. S’il n’est pas expressément prévu par la loi, une fois mis en place, l’entretien doit respecter un certain formalisme. Ainsi, le salarié doit être informé en amont des techniques d’évaluation professionnelle qui vont lui être imposées (simple obligation d’affichage).

« L’entretien annuel d’évaluation n’est pas un exercice qui doit être pris à la légère, les employeurs et les DRH y attachent de l’importance » explique Gaelle Marre, Directrice OfficeTeam. Pour les salariés, l’idée de ce rendez-vous est de mettre en cohérence ses objectifs professionnels à moyen terme et ses ambitions de carrière à plus long terme. Cela peut être aussi le moment de demander une augmentation et aussi de faire un point sur la relation avec le management.»

Comment ça se passe ?

Chaque entreprise peut conduire l’entretien annuel de la manière dont elle l’entend. Pourtant, son cadrage est une condition nécessaire de sa réussite. Le Medef propose ainsi une fiche pratique sur les différentes étapes possibles :

  • Une introduction où le collaborateur fait le bilan de l’année écoulée
  • Un temps d’appréciation des résultats et de la performance globale du collaborateur
  • Un temps de définition des objectifs pour l’année à venir
  • Un temps d’évaluation et de pistes pour développer les compétences
  • Un temps consacré aux souhaits d’évolution du collaborateur
  • Un temps dédié au plan de développement personnel et des actions de formation pouvant être menées
  • La conclusion de l’entretien

Souvent, l’employeur remet au salarié un compte-rendu de l’entretien. Ce dernier peut le signer, tout en faisant part de ses commentaires, ou refuser de le signer (sans conséquence sur la validité de l’entretien). Bon à savoir : N’hésitez pas à faire part de vos critiques si l’appréciation de votre manager vous semble injuste !

Nos 5 conseils pour réussir l’entretien annuel

Parce que cet exercice peut être redouté par les salariés, Robert Half a identifié 5 conseils clés pour vous préparer au mieux :

N°1 « Bien le préparer » : Il s’agit de faire son bilan en amont de l’entretien et de noter les points que vous souhaitez aborder. Cela montre votre implication et vous évite de vous retrouver en mauvaise posture.
N°2 « Se préparer aux reproches » : Nul n’est parfait et vous devez savoir encaisser les critiques. Plutôt que de vous placer dans une posture défensive, essayez de proposer des solutions d’amélioration et insistez sur les objectifs atteints et les missions réussies.
N°3 « Formaliser ses perspectives » : Ayez une idée claire de vos ambitions professionnelles afin de les exprimer clairement. Détaillez aussi les moyens dont vous avez besoin pour atteindre les objectifs fixés par l’entreprise et vos propres objectifs.
N°4 « Oser » : C’est le moment pour demander une augmentation, obtenir des formations ou des aménagements d’horaire. Mais attention, chaque demande doit être correctement argumentée.
N°5 « Rester positif » : Si l’entretien annuel ne vous a pas apporté satisfaction, vous pouvez toujours solliciter un nouveau rendez-vous (cependant, attendez quelques semaines avant de vous manifester)

Les alternatives à l’EAE

Manque de fluidité, trop chronophage, trop couteux, trop solennel… L’entretien annuel d’évaluation est dans le viseur de nombreuses entreprises qui lui préfèrent des solutions d’évaluations plus courtes et plus régulières. Le fait de réaliser des points plus fréquemment correspond davantage aux ambitions d’agilité et de management collaboratif en vogue actuellement. A noter que le digital permet justement d’assurer un suivi plus efficace sur les objectifs atteints ou à venir, les ambitions du salarié et le regard porté par le manager sur celles-ci. 

 

Partagez cette page