Pots d’entreprise, quelles sont les règles ?

Par Robert Half 06/02/2020

Encore quelques jours avant la Chandeleur, puis ce sera un anniversaire, des résultats en hausse, le gain d’un gros client, la victoire de l’équipe de France au prochain Euro de foot… les occasions de célébrer des événements sont nombreuses en entreprise. De bons moments de convivialité en perspective. A condition de respecter un certain nombre de règles du jeu.

 

Vous êtes l’organisateur du pot d’entreprise 

Vos collègues (ou collaborateurs) comptent sur vous pour passer un bon moment. Pour ne pas les décevoir, vous imaginez déjà un buffet, un bar à volonté, de la musique …

Pas si vite, vous n’organisez pas un événement personnel. En entreprise, un certain nombre de règles s’imposent et varient en fonction du lieu de l’événement.

Pas d’alcools forts au sein de l’entreprise !
Si le pot se déroule dans l’entreprise, les seules boissons alcoolisées autorisées sont le vin, la bière, le cidre et le poiré (oui ça existe encore). Donc exit la vodka, le whisky… et autres spiritueux. Pas de quoi être déçu car nombre de convives apprécieront sans doute de siroter des softs, voire des jus pressés ultra frais (et s’ils sont bio c’est encore mieux). N’oubliez évidemment pas les amuses bouches et autres snacks pour accompagner les boissons et ainsi limiter le pic d’alcoolémie.

Exit l’open bar et vive le taxi !
Maintenant si le pot doit se dérouler en dehors de l’entreprise, les règles changent car le règlement intérieur ne s’applique plus. Toutefois proposer un « open bar » 100% alcool (et forts de surcroît) est une bien mauvaise idée. Si l’un des collaborateurs venait à avoir un accident sur le chemin du retour à cause de son état d’ébriété, la responsabilité de l’employeur pourrait être engagée. Donc mieux vaut là encore limiter le nombre de bouteilles ou de cocktails à consommer.
Pour bien faire, vous pouvez également mettre à disposition des convives des éthylotests en vue d’un autotest anonyme. Ou encore, proposer la prise en charge de retour en taxi ou VTC.

A noter qu’un employeur a également l’obligation d’inviter l’ensemble de l’effectif, sous peine de risquer d’être accusé de discrimination. Tout le monde ne viendra sans doute pas mais vous aurez respecté les règles de bienséance

 

Si vous êtes invité au pot

Ne perdez jamais de vue que vous êtes dans un cadre professionnel. Un écart de conduite pourrait vous coûter très cher.

• Attitude professionnelle recommandée tout du long ! L’ivresse sur le lieu de travail est prohibée et peut constituer un motif de licenciement. Donc un verre ça va, deux verres bonjour les dégâts (un slogan que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître). Surveillez également votre langage et les sujets abordés.

Dans un cadre moins formel, votre langue aura vite fait de fourcher sur un manager qui vous agace, un projet compliqué à gérer… de même, ne vous épanchez pas sur votre vie privée avec le premier convive venu.

Attention également à la drague à la petite semaine. Un salarié reconnu coupable de harcèlement sexuel s’exposerait à un licenciement pour faute grave. Aux Etats-Unis, suite à l’affaire Weinstein, les entreprises auraient d’ailleurs mis la pédale douce sur les pots alcoolisés.

 

 

Nous sommes des experts du recrutement !

Découvrez nos offres d’emploi

Postulez

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :
Equilibre vie professionnelle - vie personnelle : valeur de votre culture d'entreprise
Comment bien manager en open space
Le bonheur au travail, est-ce quelque chose de naturel ou de nécessaire

Articles récents