Vous êtes un micromanager et il faut en sortir

Par Robert Half 13/06/2018

Vous avez tendance à contrôler à outrance le travail de vos collaborateurs ? Vous faites attention à chaque détail ? Vous ne laissez pas la parole à votre équipe en réunion ?

Si oui, il est fort probable que vous soyez un micromanager et les conséquences ne se feront pas attendre, allant du manque d’autonomie des collaborateurs à leur désengagement ! Comment éviter de s’enfermer dans le piège du micromanagement ?

C’est quoi, le micromanagement ?

Le micromanagement est un style de management connu pour être oppressant et contre-productif. Et vous, êtes-vous un micromanager ?

• Vous vérifiez sans cesse que les moindres tâches sont réalisées correctement… et n’êtes que rarement satisfait du travail final.

• Vous ne parvenez pas à déléguer.

• Vous affectez toujours vos collaborateurs aux mêmes missions.

• Vous avez tendance à infantiliser votre équipe.

• Vous prenez tous les problèmes personnellement.

• Vous ne savez pas faire la part des choses entre les détails et les décisions cruciales…

Les faits sont réels. Or, bon nombre de micromanagers sont dans le déni : ils n’ont conscience ni de leur attitude ni des conséquences désastreuses sur leur équipe !

Des dangers pour vos collaborateurs… et vous-même !

Les conséquences du micromanagement sont sans appel : ce style de management porte préjudice à l’équipe…et en conséquence à vous-même.

• Perte d’autonomie et de confiance : un excès de contrôle nuit à la prise d’initiative, à la créativité et à l’épanouissement. D’après Rhonda Geddis, auteure de Moving From Micromanagement to Masterful Leadership, ce style de management provoque même une remise en question de ses propres compétences et connaissances.

• Perte de temps : un micromanager a la fâcheuse tendance de superviser les micros-tâches, ce qui est inutile.

• Perte de la productivité : les collaborateurs ne sont plus motivés et se désengagent progressivement.

• Manque de crédibilité : qui dit trop de contrôle dit moins de communication et de conseils. Votre image, votre efficacité et votre leadership sont impactés négativement.

• Burn-out : le fait de vouloir garder le contrôle à tout prix est impossible. Toute l’énergie passer à surveiller les collaborateurs augmente votre risque d’épuisement professionnel 

blog-micromanager-lâchez-prise-gros- plan- de -corde -épaisse -coupée

Quelles actions mettre en œuvre

Vous vous reconnaissez dans le profil du micromanager ? C’est une première étape. A vous de tout mettre en place pour en sortir !

• Ayez une vision stratégique et une perspective. Evitez de faire un focus sur chaque détail et ayez le sens des priorités : il est indispensable de hiérarchiser les actions.

• Déléguez : votre équipe a été recrutée pour ses compétences et ses qualités. Petit à petit, essayez de donner votre confiance. Confiez des tâches variées à vos collaborateurs tout en vous assurant qu’ils comprennent ce que vous attendez : c’est le meilleur moyen pour eux d’évoluer et de gagner en expérience.

• Travaillez votre communication. Libérez votre parole ainsi que celle de vos collaborateurs. Que ce soit en réunion ou lors d’un feedback improvisé, faites participer vos interlocuteurs et consultez leur avis. Pour ce faire, les questions ouvertes sont idéales !

• Lâchez prise, Impossible ? Et pourtant indispensable  : autorisez-vous de vraiment moments pendant lesquels vous vous coupez du travail.

Besoin d’aide ? Un mentor ou un coach saura vous aider à faire le deuil du micromanagement. L’important est de ne pas craindre le changement et de vous améliorer jour après jour.

Notre étude "Le bonheur au travail, tout le monde y gagne"

Ces articles peuvent vous intéresser :
Le manager persuasif
Le bonheur au travail, une culture à valoriser
Management : comment motiver son équipe ?

Plus d'articles...