Pourquoi le recrutement de professionnels de la data va-t-il alimenter la reprise post COVID-19 ?

Par Robert Half on 15/12/2020

Contrairement à tout ce que les entreprises ont pu vivre auparavant, la pandémie actuelle prouve combien la résilience et l’agilité sont importantes pour assurer la continuité de l’activité pendant cette période d’instabilité et de bouleversement sans précédent.

C’est pourquoi les dirigeants des entreprises en cours de digitalisation développent une compréhension plus approfondie de l’importance des données décisionnelles et de leur potentiel de création de valeur pour anticiper la reprise espérée en 2021.

 

Exploiter les données pour gagner en réactivité

Alors que les entreprises reprennent progressivement leurs activités, un grand nombre d’entre elles ont compris qu’elles devaient absolument optimiser l’exploitation des données en temps réel pour gagner en réactivité et prendre les bonnes décisions au bon moment. Autrement dit, elles cherchent à mieux maîtriser la collecte de grandes quantités de données brutes et leur conversion en informations décisionnelles utiles.

La mise en œuvre d’outils et de processus d’informatique décisionnelle avancés pourrait aider les entreprises à modéliser les impacts des futures perturbations, mais aussi à savoir comment proposer aux clients des produits et des services adaptés à l’évolution constante de leurs besoins ainsi qu’à ceux du marché au sens large. Les données concernant le moral des consommateurs, leurs dépenses, le lieu, le moment ainsi que le mode de consommation des produits et des services constituent toutes de précieuses sources d’information pour les entreprises qui souhaitent optimiser leurs stratégies de reprise.    

Une récente étude de Robert Half [1]  indique que près d’un quart (24 %) des directeurs généraux considère la gestion du Big Data comme une priorité de leur stratégie de reprise post-COVID-19, tandis que plus d’un tiers (34 %) des directeurs financiers comptent exploiter le Big Data pour leur département financier.
 

Équilibrer les compétences techniques et cognitives

Outre la bonne expertise technique et le savoir-faire nécessaire à la reprise, les entreprises doivent aussi déployer une stratégie de recrutement de professionnels de la data prenant en compte l’importance des compétences cognitives dans ce nouvel écosystème orienté données qui accorde la priorité au digital. Par exemple, la prise de décisions rapides et efficaces en période de changement a plus de chances d’être couronnée de succès quand les directeurs informatiques collaborent avec leur PDG au développement du programme stratégique de l’entreprise au lieu d’adopter une vision en silo de la technologie et des infrastructures opérationnelles.

Parallèlement, le PDG de demain devra aussi diriger son entreprise en étant conscient des risques. La connaissance des nouvelles menaces et de l’évolution des risques l’aidera à s’assurer que l’entreprise possède la capacité et les ressources nécessaires pour exploiter les données à son avantage sans compromettre la cybersécurité et en respectant la législation relative à la conformité des données.

 

L’importance d’une innovation soutenue en matière de données et d’analyse

Malgré tous ces défis, un rapport de McKinsey explique que la continuité des initiatives d’innovation pourrait offrir de nombreux avantages dans un contexte où les anciennes hypothèses de croissance ont cédé la place à des tendances et des opportunités émergentes. Les entreprises qui ont continué à innover tout au long de la crise financière de 2008 sont celles qui s’en sont le mieux sorties, surpassant la moyenne du marché de 30 %.[2]    

À tous les niveaux, les stratégies de recrutement de professionnels de la data et de l’analyse doivent être conçues pour identifier ceux qui sont aussi des innovateurs compétents. Selon l’étude de Robert Half, plus d’un tiers (37 %) des directeurs informatiques affirment prévoir d’innover et d’investir dans les nouvelles technologies, car en favorisant une culture de l’innovation, ainsi qu’une approche agile de la transformation digitale où l’on apprend rapidement de ses erreurs initiales, les entreprises pourront améliorer la qualité de leurs données décisionnelles en continu et les convertir plus rapidement en actions pour améliorer leurs résultats. Par exemple, elles peuvent développer de nouveaux produits, ou trouver des méthodes alternatives de travail ou de prestation de services avec une longueur d’avance sur leurs concurrents.

L’impact des nouvelles technologies, des données et de l’analyse se ressent aussi dans d’autres domaines. Par exemple, la demande en professionnels de la planification et de l’analyse financière (FP&A) augmente régulièrement car les comptables et les financiers adoptent des approches orientées données plus holistiques pour réagir à la pandémie actuelle. Parallèlement, l’alliance de compétences interpersonnelles et techniques (ce qui inclut les plateformes de communication ainsi que l’échange données/documents et la collaboration) devient également évidente pour tous les postes administratifs parce que ce sont des fonctions clés qui facilitent le travail à distance et préservent la productivité de nombreuses équipes.

 

Le rôle du recrutement de professionnels de la data dans le monde post-pandémie

Un rapport de McKinsey Digital suggère que les entreprises devront recruter de talentueux professionnels de la data capables d’identifier et d’exploiter de nouvelles sources d’information, de diriger des initiatives développant une vision à 360 degrés de chaque client, de reprogrammer les algorithmes en fonction des nouvelles réalités et de moderniser les infrastructures Cloud.[3]  

Pour une entreprise plus durable sur la voie de la reprise dès 2021, les dirigeants doivent régulièrement auditer les compétences de leurs salariés en accordant la priorité au recrutement de professionnels de la data. Fortes d’une compréhension approfondie de leurs capacités actuelles, les entreprises peuvent recruter les compétences qui les aideront à réussir. Les métiers d’analyste BI (Business Intelligence), d’analyste data, d’ingénieur data et d’analyste des systèmes informatiques sont susceptibles de figurer parmi les plus recherchés dans le domaine de la data au cours des mois à venir.

Une ouverture au recrutement de salariés temporaires (CDD, intérim) et permanents (CDI) pourrait aussi contribuer à combler les lacunes de compétences stratégiques pendant la pandémie, par exemple en recrutant des travailleurs indépendants pour des projets à court terme liés à la segmentation des clients et à l’analyse de leur comportement d’achat. Une intégration rapide des compétences les plus recherchées via des professionnels temporaires et permanents pourrait aussi faire partie intégrante des programmes d’apprentissage continu, de formation et de transfert de compétences pour que l’entreprise puisse relever les défis de demain et surmonter les éventuelles pénuries de compétences.  

Le recrutement de spécialistes de la data et de l’analyse est donc en train s’imposer comme le nouveau pilier de la transition digitale au sein des entreprises qui déploient une stratégie post-pandémie pour 2021.


[1] Robert Half a commandé une enquête réalisée auprès de 1 502 personnes à l’aide d’une méthodologie de collecte de données en ligne au cours du mois de juillet 2020. Celle-ci comprenait 300 interviews en Belgique, 300 au Brésil, 301 en France, 300 en Allemagne et 301 au Royaume-Uni. Les personnes sondées incluaient des directeurs généraux, des directeurs financiers et des directeurs informatiques possédant des responsabilités de recrutement au sein de petites entreprises (50 à 249 employés), de moyennes entreprises (250 à 499 employés) et de grandes entreprises (plus de 500 employés) du secteur privé, public ou cotées en bourse dans ces cinq pays.

recruter un profil web digital

Articles récents