Question en entretien d'embauche : « où vous imaginez-vous dans cinq ans ? »

Se préparer en amont est la clé d'un entretien d'embauche réussi. Une partie de la préparation consiste à réfléchir aux questions que l'on vous posera certainement. Sans avoir de réponses toutes faites, vous devriez avoir au moins une idée raisonnable de ce que vous direz... et de ce que vous ne direz pas.

Il y a des chances pour que vous vous retrouviez face à ce grand classique : «Où vous imaginez-vous dans cinq ans?» Si cette question parmi d'autres peut faire commettre un impair au candidat, y répondre correctement est beaucoup plus aisé quand on comprend les raisons qui la sous-tendent.

Les employeurs cherchent un retour sur leur investissement

En premier lieu, l'intervieweur n'a pas envie de savoir que vous envisagez de prendre votre retraite dans les cinq ans à venir, ou votre ambition de figurer dans X Factor, tout comme votre espoir de réaliser vos rêves sur une île privée, si vous développez votre propre application.

En réalité, lorsqu'il vous demande : «Où vous imaginez-vous dans cinq ans?», le recruteur essaie d'évaluer votre engagement envers l'entreprise à long terme.

Certes, postuler pour ce nouveau poste représente beaucoup pour vous... mais pour l'entreprise qui recrute, c'est aussi un engagement important.

Le processus de recrutement, d'intégration, de formation et d'élargissement des compétences d'une nouvelle recrue est coûteux, c'est pourquoi les taux de rétention des équipes revêtent autant d'importance aux yeux des employeurs. Plus vous resterez dans l'entreprise, plus la valeur que vous lui apporterez sera conséquente. Vous vous familiariserez davantage avec votre fonction, l'entreprise, sa culture et ses clients. Lorsqu'une organisation a investi d'importantes sommes en matière de formation et de développement, la dernière chose qu'elle souhaite est de voir ce terreau fertile disparaître emportant avec lui les nouvelles compétences à la concurrence.

Autrement dit, l'employeur veut tâter le terrain pour voir combien de temps vous êtes susceptible de rester dans l'entreprise.

L'occasion de démontrer votre engagement

En l'occurrence, la question : «Où vous imaginez-vous dans cinq ans?» peut constituer l'occasion rêvée d'exposer vos projets en matière de fidélité et de productivité sur le long terme. En outre, si vous pouvez étayer votre réponse en donnant une explication convaincante sur les raisons qui vous poussent à envisager de rester longtemps dans l'entreprise, ce que vous pouvez lui apporter afin de lui permettre — et de vous permettre — de progresser.

Ainsi, si vous postulez à un emploi de comptable junior, une réponse satisfaisante serait: «Je sais que votre entreprise offre de bonnes possibilités en matière d'évolution de carrière. Dans cinq ans, j'aimerais avoir gravi les échelons et être devenu le responsable de votre service comptabilité. Par le biais de l'acquisition de qualifications complémentaires ainsi que des possibilités de formation et d'encadrement, je pense pouvoir y arriver. »

Ce genre de réponse dénote de l'ambition, du dévouement tout en indiquant que le candidat a réfléchi à la manière de faire coïncider son plan de carrière avec sa place dans l'entreprise.

Ce qu'il ne faut pas dire

Confronté à la question : «Où vous imaginez-vous dans cinq ans ?», s'il peut être tentant de rétorquer : «Je serai à votre place». On évite, sous peine de passer pour un arrogant ambitieux. Le recruteur a peut-être mis dix ans ou plus à atteindre le poste qu'il occupe actuellement.

À l'opposé, certaines réponses peuvent allumer des voyants rouges. L'approche désinvolte qui consiste à dire : «Je n'ai déjà pas la moindre idée de ce que je vais faire ce week-end, alors comment voulez-vous que je sache ce que je ferai dans cinq ans.» est à proscrire. Comme cette réponse rédhibitoire : «À vrai dire, d'ici là, j'aimerais avoir ma propre entreprise ou occuper un autre poste au sein d'une autre entreprise, dans le cadre de la prochaine étape de ma carrière.»

 Question entretien embauche

Alors, où vous imaginez-vous dans cinq ans ?

Si vous êtes enthousiaste à l'idée de jouer un rôle sur le long terme dans l'entreprise, et que vous voulez être sûr que votre plan, sur les cinq ans à venir, cadre avec les objectifs de l'entreprise, ne craignez pas de prendre les devants. Demandez au recruteur où le poste pourrait conduire le candidat sélectionné au cours des cinq prochaines années.

En fin de compte, l'essentiel est de faire en sorte que votre réponse démontre vos perspectives de carrière à long terme. Dans l'idéal, ce plan coïncidera avec les objectifs de l'entreprise. Si dans les faits, personne ne sait ce qui l'attend dans cinq ans, n'oubliez pas que la réponse que vous ferez aujourd'hui pourrait bien vous permettre de décrocher ce poste demain...

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Questions compliquées en entretien d'embauche : restez zen
Conseils entretien d’embauche : ne ratez pas les premières minutes !
Les 8 signes qui montrent qu’on a besoin de rechercher un nouvel emploi

Partagez cette page