Répondre à la question des points faibles

Par Robert Half 03/09/2017

L'une des questions les plus fréquemment posées à un candidat lors de l’entretien d’embauche est celle des points faibles. Mieux vaut donc se préparer à cette question peu évidente mais fort prisée des recruteurs, afin d'éviter d'être pris au dépourvu.

 

1. Les buts sous-jacents des questions sur les points faibles lors d'un entretien d'embauche

La première chose à avoir à l'esprit, c'est l'intention de celui qui pose la question. Il ne s'agit pas, contrairement à ce que pourrait ressentir le candidat mal à l'aise, d'un sadique qui cherche à faire échouer le postulant : l'entretien d'embauche a pour but de pourvoir un poste, et in fine le processus se terminera, sauf exception, par le recrutement effectif d'un des candidats. Le recruteur a donc pour objectif de choisir le meilleur candidat possible, et sera d'ailleurs jugé quant à la pertinence de son recrutement (qui impactera son évaluation s'il est un recruteur interne et sa rémunération si au contraire il est un recruteur externe).

La question vise au contraire à estimer la connaissance de soi et la lucidité du candidat, qui sont des éléments essentiels pour qu'il puisse se remettre en cause dans le cadre de sa carrière future et être apte à évoluer.

 

2. Les bonnes options pour répondre à cette question lors de l’entretien d’embauche

La première option est de choisir une faiblesse qui peut également être considérée comme positive dans le contexte de l'entretien d'embauche. Ainsi si vous regrettez d'être perfectionniste, cela pourra être positif pour un poste où la qualité des réalisations est primordiale (mais moins pour un poste où la tenue des délais importe plus que la perfection de la finition...). Attention cependant, si vous choisissez de citer le perfectionnisme, veillez à bien l'être jusque dans la qualité de la présentation de votre CV !

La seconde option est d'invoquer un défaut réel, mais sans impact pour le poste convoité. Avouer une difficulté à parler devant une salle n'est par exemple guère important pour un comptable, qui n'aura pas à s'exprimer que devant de petits comités.
La troisième possibilité est d'avouer une faiblesse qui est un atout pour le poste considéré : dire que l'on ne supporte pas d'être enfermé dans un bureau et a besoin de contact humain est plutôt un plus pour un commercial itinérant, amené à rencontrer de nombreux clients et à ne passer que rarement à son siège...

 

question points faibles

3. Les mauvaises réponses sur les points faibles lors d'un entretien d'embauche

La pirouette classique correspondant à répondre que l'on n'a aucun défaut est sans doute la pire des réponses : d'une part cela montre que vous ne jouez pas le jeu du processus de recrutement, ce qui n'est jamais bien vu, d'autre part cela sera en général perçu comme de l'arrogance, ce qui est rarement positif pour un recrutement.

L'autre erreur à éviter est de citer un défaut qui sera vraiment pénalisant dans le contexte. Avouer par exemple sa propension à la paresse ne sera jamais bien vu d'un recruteur, le tire-au-flanc étant la hantise de toute entreprise !

 

4. Faire de ses faiblesses une force

La plus élégante des réponses reste de citer une faiblesse réelle, mais que vous savez retourner à votre avantage. Avouer par exemple que vous avez tendance à accepter plus de travail que vous ne devriez montre déjà en soi votre implication dans la réussite de vos projets. Si vous ajoutez que vous en êtes conscient, et avez appris désormais à déléguer les tâches pour lesquelles vous n'êtes pas indispensable afin de dégager du temps pour les autres, vous aurez transformé une faiblesse en force!

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ?

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Entretien d'embauche : mise en situation
Conseils entretien d’embauche : ne ratez pas les premières minutes !
Les différentes étapes de l’entretien d’embauche

 

Les articles qui peuvent vous intéresser