Pourquoi les recrutements de Chief Digital Officer échouent ?

blog-recrutement-digital-job1

Le digital ne change pas juste le business, il touche au cœur même de la culture d’entreprise. Lorsqu’elles prennent conscience de cet enjeu, les sociétés cherchent naturellement à se transformer. Une des solutions consiste à se doter d’une équipe digitale à la tête de laquelle on retrouve le désormais fameux Chief Digital Officer (CDO).

Quel est son rôle ?

En fonction de la maturité digitale de l’entreprise, il insuffle les changements structurels et culturels qui s’imposent. Si, dans ce contexte de l’économie, le CDO est censé occuper un rôle pivot, force est de constater l’échec fréquent des embauches sur cette fonction.

En 2015, dans mon réseau, un certain nombre de CDO, fraîchement nommés, se déclaraient de nouveau à l’écoute du marché quelques semaines seulement après leur prise de fonction. Tous se montraient très déçus par leurs expériences. A mon sens, la principale raison est que les entreprises sous-estiment l’impact d’un recrutement aussi stratégique pour l’organisation et les conséquences en terme de « change management ».

Certes, les intentions sont bonnes mais les résistances aux changements s’avèrent trop importantes. Ainsi, la différence entre la teneur des entretiens en amont de la prise de poste et la réalité du quotidien des premières semaines est parfois surréaliste. Les exemples les plus marquants sont souvent l’adage de sociétés présentant un ADN de marque fort, comme les cosmétiques, le luxe, ou plus largement les univers « premium ».

Pour certaines de ces organisations, la peur de l’impact du digital sur un business traditionnel, séculaire, les pousse à recruter des CDO sans initier une réelle et ambitieuse transformation digitale qui allie enjeux technologiques et métiers.

Clairement, une transformation digitale ne s’envisage pas qu’à moitié. Elle doit être assumée par tous, « sponsorisée » par la Direction Générale, mais surtout stratégique et structurelle. Elle a pour but de donner à la société une agilité lui permettant de s’adapter à l’évolution des usages et d’anticiper les transformations de marché. En réalité, si se doter d’un Chief Digital Officier a pour unique ambition de se conformer à « une mode », de se rassurer et de se donner bonne conscience, la démarche est inévitablement vouée à l’échec.

blog-recrutement-digital

Comment éviter cet écueil ?

il est indispensable de bien anticiper ce recrutement par un travail préparatif interne afin d’impliquer au mieux toutes les parties prenantes. Il n’y a pas de livre blanc sur le sujet, pas de formule miracle et autant d’organisations que de transformations. Néanmoins, on peut imaginer quelques traceurs communs, ou plutôt quelques conseils de bon sens :

  • Se faire accompagner en amont sur la phase « réorganisation / organigramme » et sur la phase « RH / modification des fiches de poste » de chacun.
  • Nommer des relais qui pourront travailler main dans la main avec les profils digitaux recrutés pour leurs compétences mais qui auront besoin de ces aides, principalement, pour décrypter la culture de la société.
  • Communiquer, faire adhérer, multiplier les exemples qui prouveront que cette transformation n’est pas une menace, mais une opportunité pour l’organisation qui pourra ainsi mieux faire face à son environnement concurrentiel.

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Conseils pour vous faire repérer par un chasseur de tête
Les 8 signes qui prouvent que vous avez besoin d'un nouvel emploi
Conduite du changement pilotée par le manager de transition

 

Tags: Recrutement

Partagez cette page