Salaire : mieux vaut refuser la contre-proposition

Par Robert Half 01/12/2017

Vous avez postulé pour un nouvel emploi, suffisamment impressionné votre nouvel employeur potentiel vous fait une offre. Alors que vous avez informé votre actuel patron de cette nouvelle opportunité et lui avez donné votre préavis, il vous propose une augmentation de salaire pour que vous restiez. Si cette décision vous place face à un dilemme, c’est surtout parce que la contre-proposition est attractive. Allez-vous la rejeter et vous en aller, ou bien rester ? Dans cette situation, qui se présente souvent quand des professionnels très compétents changent d’emploi, il est important de prendre du recul. Vous devez réfléchir à votre plan de carrière à long terme et à la meilleure manière de poursuivre vos objectifs professionnels. Voici 5 points de réflexion que nous vous proposons à l’étude :

1. Cela ne règle pas le problème sous-jacent

Il est rare que des gens donnent leur démission dans l’unique but d’obtenir une meilleure offre de la part de leur employeur. S’ils se mettent en quête d’un autre emploi, c’est parce qu’ils se sentent prêts pour un changement ou un nouveau défi à relever. Très souvent, ils ont l’impression de stagner au sein de leur entreprise actuelle et doivent partir pour pouvoir continuer à progresser. Même si une promotion est mise sur la table, dans combien de temps feront-ils face aux mêmes questions concernant le poste, l'entreprise?

Si vous acceptez la contre-proposition, vous risquez de vous retrouver dans la même situation dans six mois.

2. La confiance est brisée

Une fois que vous aurez donné votre démission, votre employeur risque de ne plus jamais vous percevoir de la même manière, même si vous changez d’avis et acceptez sa contre-proposition. A ses yeux, vous avez manqué de loyauté envers l’entreprise et sa mission : autrement dit, on ne peut plus vous faire autant confiance qu’avant.

Votre employeur se demandera toujours si vous n’êtes pas en train de chercher un nouvel emploi et cela pourrait affecter votre future relation de travail.

3. C’est peut-être seulement une mesure d’économie

Le recrutement et la formation d’un remplaçant peuvent coûter cher, surtout pour les postes à responsabilité. Il arrive que les employeurs fassent une contre-proposition juste pour éviter le travail et les dépenses impliqués par le recrutement et la formation d’un nouveau collaborateur. Est-ce la raison pour laquelle votre patron tient à vous garder à bord ? Dans ce cas : vous n’avez sans doute aucun intérêt à rester. Cela pourrait nuire à l’évolution de votre carrière.

Votre employeur cherche à vous retenir et ce n'est pas parce qu’il voit en vous un avenir prometteur dans son organisation, mais parce qu’il est plus facile de vous augmenter que de vous trouver un remplaçant.

blog-contreproposition2

4. Vous auriez dû être augmenté avant

Si votre employeur estime que vous valez la peine d’être gardé, pourquoi ne vous a-t-il pas proposé d’augmentation de salaire lors de votre dernier bilan de performance ? Qu’est-ce qui a changé au cours des trois, six ou neuf derniers mois ? Si vous avez déjà tenté de négocier une augmentation par le passé mais qu’on vous l’a refusée, il est possible que votre employeur ait délibérément essayé de continuer à vous payer moins que ce que vous méritez.

La consultation du Guide de Rémunérations Robert Half vous indiquera combien vous pouvez et devriez gagner.

5. Vous pourriez le regretter

Comme vous avez travaillé pour votre employeur actuel pendant un certain temps, vous avez sans doute une idée de vos possibilités d’évolution de carrière dans l’entreprise si vous acceptez la contre-proposition. Il est fort probable que vous continuerez à rencontrer les mêmes problèmes, à travailler dans les mêmes conditions et à disposer des mêmes opportunités de carrière. Parfois, les professionnels doivent absolument changer et ouvrir la porte aux nouvelles opportunités, dont certaines sont impossibles à prévoir.

Si vous passez toute votre carrière dans la même entreprise à faire le même type de travail, vous prenez le risque de regretter ce choix.

Bilan : mieux vaut décliner les contre-propositions

Même si l’absence d’augmentation de salaire est la principale raison pour laquelle vous étiez prêt à partir, le fait de recourir à une contre-proposition pour vous augmenter n’est pas une raison suffisante pour rester. Dans la plupart des cas, d’autres facteurs entrent en jeu quand vous avez envie de démissionner, par exemple un management passif, des conditions de travail défavorables, le surmenage, le sentiment de ne plus évoluer. Non seulement l’argent ne changera pas votre situation, par exemple en termes de reconnaissance ou d’équilibre travail-vie privée, mais la rémunération n’est sans doute pas non plus votre unique raison de démissionner. Les contre-propositions peuvent être flatteuses, voire tentantes, mais les risques n’en valent pas toujours la peine.

Quittez votre employeur en bons termes et vous pourrez éventuellement revenir plus tard, si c’est votre meilleure option.

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal

Nos offres Vous recrutez ?

Ces articles peuvent vous intéresser :
Quand demander une augmentation?
Augmentation : que faire en cas de refus?
Salaire : suis-je bien payé(e)?

Les articles qui peuvent vous intéresser