Salariés boomerang : quelles précautions prendre avant de les réintégrer ?

Par Robert Half 16/03/2020

Dans un marché de l’emploi très favorable aux candidats, certains n’hésitent pas à postuler de nouveau chez leur ancien employeur. Leur nom de code : les salariés boomerang. Une démarche forte intéressante pour l’entreprise à condition de gérer ce come-back de manière rigoureuse.

 

Un salarié boomerang, c’est quoi ? 

Il s’agit en fait d’un collaborateur ayant quitté votre entreprise, et qui, passés un an ou deux, souhaite s’y investir de nouveau. En règle générale, ils sont partis travaillé chez un client ou un concurrent. Ont expérimenté un autre secteur d’activité voire un autre métier. Ou ont carrément fait le grand saut de la création d’entreprise mais aspirent à redevenir salarié. En l’occurrence chez leur ancien employeur. Pour que la greffe prenne, un certain nombre de précautions s’impose.

 

Vérifier les précédentes expériences professionnelles de ce salarié boomerang 

Même si vous le connaissez a priori plutôt bien, vous ne pouvez pas prendre pour argent comptant ce que vous raconte ce salarié boomerang. Comme pour les autres candidats, prenez des références auprès de ses précédents employeurs, partenaires et collègue. Tous les indicateurs doivent être au vert.

 

Valider les véritables motivations de ce salarié boomerang

Même si vous allégez le processus de recrutement, vous devez identifiez ses profondes motivations et sa nouvelle valeur ajoutée. Que peut-il désormais apporter à l’entreprise ? Quelle est sa valeur ajoutée ? Ses nouvelles hard et soft skills ? Revient-il après un échec ou une expérience réussie ?

 

Discuter du retour de ce salarié boomerang avec son potentiel manager et sa future équipe 

Avant de valider sa réembauche, voire avant même de le recevoir en entretien, vérifiez quel souvenir, quelle trace cet ancien collaborateur a laissé à ses ex-managers et collègues. Ont-ils envie de retravailler avec lui ou pas ? Si non, pourquoi ?

 

Expliquer au salarié boomerang que l’entreprise a changé en son absence

Si tous les indicateurs sont au vert et que vous le recevez en entretien, insistez bien sur le fait qu’en son absence, l’entreprise a évolué, s’est réorganisée de telle ou telle façon, a revu son modèle économique…. Voilà une façon de lui dire que s’il croit revenir dans des petits chaussons, tranquille, c’est raté. Comme les autres nouvelles recrues, il va devoir s’adapter aux nouvelles exigences et 'performer.'

 

Ne pas faire de traitement de faveur pour ce salarié boomerang 

Le mot d’ordre doit être clair : équité de traitement dans l’équipe. Donc, pas de passe-droit en termes de rémunération pour ce revenant. Passe encore sur l’absence de période d’essai et la reprise de son ancienneté maison, mais côté salaire, n’allez pas créer de grandes distorsions dans l’équipe. Cela risquerait de gâcher tout le travail accompli jusque là.

 

 

Nous sommes des experts du recrutement !

Découvrez nos offres d’emploi

Postulez

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :
Offboarding : 6 conseils pour gérer au mieux le départ d'un collaborateur ?
Recruter les bons candidats : comment faire face à la concurrence ?
Comment faire cohabiter les générations baby-boomers, X, Y et Z ?

Articles récents