71% des salariés français interrogés privilégient l’intérêt du poste au salaire

17/02/2016

Pour qu’une entreprise se renouvelle, elle a besoin d’attirer de nouveaux talents. Mais quels sont les critères les plus importants aux yeux des salariés français aujourd’hui ? Robert Half, expert mondial du recrutement spécialisé, dévoile les résultats de son enquête[1] exclusive, réalisée auprès de 1 000 salariés français, qui présente aux entreprises les actions à mener pour attirer et fidéliser les collaborateurs.

Robert Half dévoile les résultats de son étude sur les facteurs de motivation au travail

Pour qu’une entreprise se renouvelle, elle a besoin d’attirer de nouveaux talents. Mais quels sont les critères les plus importants aux yeux des salariés français aujourd’hui ? Robert Half, expert mondial du recrutement spécialisé, dévoile les résultats de son enquête[1] exclusive, réalisée auprès de 1 000 salariés français, qui présente aux entreprises les actions à mener pour attirer et fidéliser les collaborateurs.

Critères de choix d’un nouvel emploi : le salaire n’est pas un facteur prépondérant

  1. Dans le cadre d’une proposition d’embauche, 71% des salariés interrogés déclarent regarder en premier lieu la description des missions et les perspectives d’évolutions professionnelles.
  2. Le deuxième critère auquel s’attachent les salariés lorsqu’ils acceptent un nouvel emploi est la situation géographique de l’entreprise, afin de déterminer le temps de trajet domicile-bureau. En effet, ils sont 65% des répondants à prendre en compte ce critère, ce qui n’est pas étonnant puisqu’en région parisienne par exemple, les franciliens passent en moyenne 68 minutes[2] par jour dans les transports.
  3. Enfin, le secteur d’activité de l’entreprise bénéficie également d’une attention particulière de la part des collaborateurs. 53% des interrogés ont en effet déclaré regarder le marché dans lequel évolue l’entreprise avant d’accepter un poste.

Le montant du salaire n’est qu’en 4ème position avec 33%, suivi d’un meilleur équilibre vie professionnelle-vie personnelle (aménagement d’horaires, possibilité de télétravail…) à 29%, la réputation de l’entreprise à 24%, l’environnement de travail à 19% et des bonus et primes plus élevés à 7%.

- Les plus attentifs au niveau de salaire proposé sont les 35-55 ans qui sont 50% à s’attacher à ce critère contre 38% des 18-34 ans et 11% des plus de 55 ans.

Avantages & Bonus : le bien-être au travail n’a pas de prix

  • 51% des interrogés considèrent les tickets restaurants et subventions repas comme l’avantage le plus important à leurs yeux.
  • La prise en charge du transport par l’entreprise pour 30%
  • La flexibilité des heures de travail (télétravail) sont cités pour 30% des répondants également

Encore une fois, les bonus additionnels et primes ne sont pas sur le podium. Ils arrivent en quatrième place avec 22% des interrogés qui considèrent en priorité ce type d’avantages.

Souhaits des salariés pour 2016 : plus de vacances !

Le classement des souhaits des salariés pour l’année à venir  :

  •  Plus de congés payés pour 54% des interrogés  
  •  Un aménagement du temps de travail (24%)
  • 10% déclarent vouloir plus de formations et de développement professionnel.

«Les salariés français ne sont pas focalisés sur leur rémunération et attachent une importance grandissante au bien-être au travail. Cela doit pousser les managers à améliorer les conditions de travail et proposer des services complémentaires, car un salaire attractif ne suffit pas », explique Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half France. « Au regard de cette enquête, Les entreprises doivent, pour redevenir attractives aux yeux des candidats, se concentrer sur l’aménagement du temps de travail avec une meilleure flexibilité des horaires et le développement du télétravail, encore trop peu considéré en France».

 

 
[1] Cette étude  a été développée par Robert Half et menée par un institut de sondage indépendant en septembre 2015 auprès de 1000 salariés de plus de 18 ans en France. Elle propose un aperçu du marché de l’emploi et de ses tendances.
[2] D’après les chiffres fournis par la Dares (dépendant du Ministère du Travail)