Jobs en or - 2014

mar, 06/24/2014

En prévision de la rentrée, nombre de cadres se posent la question de l’évolution à donner à leur carrière. Dans cette perspective, quels sont les postes les plus attractifs, les plus rémunérateurs ? Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé, révèle les 6 « Jobs en or » 2014-2015 :

  • le Contrôleur Financier (Finance d’Entreprise)
  • le Comptable Général (Comptabilité)
  • le Compliance Officer (Banque)
  • le Data Scientist (Assurance)
  • le Responsable Rémunération & Avantages Sociaux  (Ressources Humaines)
  • le Directeur Technique (Technologie)

L’avis d’Olivier Gelis, Directeur Général de Robert Half France : « La sélection annuelle des Jobs en Or établie par les experts de Robert Half France est un indicateur de référence pour les salariés et les candidats. Elle leur permet à la fois de disposer d’un tableau de bord analytique précis du marché du travail et de se positionner par rapport aux postes et aux profils les plus porteurs pour faire évoluer leur carrière en 2014-2015. »

 

4 experts de Robert Half analysent ces 6 métiers :

  • Bruno Fadda, Director de Robert Half Finance et Comptabilité
  • Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services
  • Sophie Hauret, Division Manager de Robert Half Juridique et Fiscal
  • Fabrice Coudray, Director de Robert Half Technologie

 

‘Job en or’ Finance d’Entreprise - Le Contrôleur Financier (H/F)

L’analyse de Bruno Fadda, Director de Robert Half Finance et Comptabillité:  « Le Contrôleur Financier (Financial Controller dans les groupes anglo-saxons) occupe souvent une position maîtresse dans une organisation qui nécessite une interface entre la direction opérationnelle du périmètre dont il a la charge (filiale, business unit…) et la direction financière du groupe dont il dépend. En tant que support de la performance des opérations (« business partner ») et garant de la fiabilité de l’information financière, il tient un rôle particulièrement stratégique et exposé. »

 

Combien gagne un Contrôleur Financier

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel Variable % Salaire Fixe
5 à 7 ans 47.000 – 65.000 € 0 à 15%
8 à 10 ans 65.000 - 85.000 € 0 à 15%
CA > 500M€    
> 10 ans 75.000 - 110.000 € 0 à 15%

 

Quelle est sa fonction ?

Au sein d’une filiale de groupe :

  • responsabilité proche de celle d’un Responsable Administratif et Financier.
  • Au sein d’un siège :
  • supervision d’un périmètre d’entités françaises comme internationales, proche de celle d’un contrôleur de gestion de division.

Rôle relativement polyvalent :

  • contrôle de gestion (processus budgétaire et reporting), contrôle interne, parfois une consolidation de gestion voire statutaire,
  • supervision de la production des comptes sociaux et respect des obligations comptables et fiscales y afférant,
  • remontée d’information auprès de la direction financière et parfois auprès d’une direction opérationnelle (organisations matricielles),
  • coordination des projets transverses et mise en place/optimisation des outils de gestion.

Rôle plus opérationnel si structure à taille humaine (filiale de groupe) :

  • animation de la remontée d’informations
  • transmission des recommandations / instructions groupe aux contrôleurs financiers locaux.

 

Quel est son profil ?

  • Formation généraliste de type ESC complétée par un DCG/DSCG. Idéalement, première expérience en cabinet d’audit, complétée par un poste en entreprise en contrôle de gestion, audit interne voire en consolidation.

 

Quelle évolution de carrière ?

  • Voie privilégiée pour une évolution vers un poste de Directeur Administratif et Financier (polyvalence technique et exposition auprès des Direction générale, Direction financière, Directions opérationnelles des filiales…).

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

Les profils mobiles à l’international, acceptant l’expatriation, sont très demandés : leur recrutement s’inscrit dans la durée avec une possible évolution au sein d’un groupe après une expérience au sein de ses filiales.

 

‘Job en or’ Comptabilité - Le Comptable Général (H/F)

L’analyse de Bruno Fadda, Director de Robert Half Finance et Comptabilité : « Le Comptable Général est toujours particulièrement recherché actuellement. Le secteur de la gestion immobilière est notamment très actif en termes de recrutement. Les profils polyvalents en comptabilités générale, copropriété et gérance sont très prisés. Par ailleurs, et en dehors de ce secteur, dans les filiales de groupes internationaux, les entreprises font appel à de profils de comptables généraux polyvalents : au-delà d’un niveau d’anglais au moins opérationnel, ce sont de profils qui doivent démontrer des grandes capacités d’analyse et de synthèse. En plus de la production des données comptables, ils sont souvent maintenant en charge de l’établissement des budgets, de la réalisation des reportings et doivent se montrer force de proposition auprès de leur direction. »

 

Combien gagne un Comptable Général ?

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel
2 à 3 ans 28.000 – 30.000 €
3 à 5 ans 30.000 – 35.000 €
> 5 ans A partir de 35.000 €

              

Quelle est sa fonction ?

Le Comptable Général a pour mission de coordonner et de vérifier les données comptables depuis l’imputation jusqu’à la présentation du compte de résultat. Ainsi, il passe les écritures comptables pour préparer les éléments du bilan et peut également réaliser celui-ci. Par ailleurs, il établit toutes les déclarations sociales et fiscales de l’entreprise (salaires, charges, T.V.A., impôts...) y compris dans certains cas, la liasse fiscale. Enfin, le Comptable Général peut également réaliser des travaux de reporting.

 

Quel est son profil ?

  • Titulaire d’un BTS ou du DCG.
  • 2 à 3 années d’expérience acquise à des postes opérationnels en comptabilité auxiliaire.

 

Quelle évolution de carrière ?

Selon la taille de la structure, le Comptable Général peut devenir l’adjoint du Chef Comptable et ultérieurement évoluer vers le poste de Chef Comptable ou de Contrôleur Financier en filiale.

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

L’enjeu pour le Comptable Général est de développer des compétences techniques pluridisciplinaires et de démontrer des talents de communication, d’analyse et de synthèse, y compris en anglais. Ces différents savoir-faire et savoir-être lui permettront d’évoluer rapidement vers des postes à responsabilité au sein d’une direction comptable et financière d’entreprise.

 

‘Job en or’ Banque - Le Compliance Officer (H/F)

L’analyse de Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services : « Les obligations réglementaires qui se sont considérablement renforcées ainsi que les récents évènements au sein de certaines banques ont accentué la demande sur ce type de profils, déjà pénuriques, pour l’intégralité du secteur financier. »

 

Combien gagne un Compliance Officer ?

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel Variable en % Salaire Fixe Brut Annuel
3 à 6 ans 50.000 – 70.000 € 10 à 30%
6 à 10 ans 70.000 – 90.000 € 10 à 30%

 

Quelle est sa fonction ?

  • Responsable de la mise en œuvre des règles de déontologie et du contrôle interne.
  • Garant du respect et à la conformité de la réglementation financière et des procédures internes.
  • Correspondant attitré des autorités de tutelle.
  • Responsable de la lutte anti-blanchiment et financement du terrorisme.

 

Quel est son profil ?

  • Formation supérieure souvent juridique (DESS, DEA,…) mais aussi école de Commerce ou Ingénieur.
  • Expérience confirmée dans le domaine du Contrôle, de l’Audit ou de la Conformité.
  • Solides connaissances de la réglementation bancaire.

 

Quelle évolution de carrière ?

Evolution en transversal vers d’autres métiers (banque d’investissement, marchés financiers, banque commerciale, asset management,…), voire le contrôle interne ou en vertical vers une fonction managériale (responsable compliance banque d’investissement par exemple), puis directeur de la compliance.

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

Poste exposé, c’est aussi une fonction « essentielle » dont les équipes devraient continuer à s’étoffer. Les candidats maîtrisant parfaitement la réglementation, les métiers supervisés et qui possèdent une excellente communication pédagogique devraient pouvoir trouver des évolutions de carrière en France ou à l’international.

 

‘Job en or’ Assurance – Le Data Scientist (H/F)

L’analyse de Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services : « Faute d’experts en interne ou dans le cadre de renforcement d’équipes, il est nécessaire d’ouvrir les sources de recrutements à des secteurs connexes (banques) ou a priori éloignés de l’assurance (métiers de l’internet, de la vente en ligne). Les candidats issus d’écoles les plus prestigieuses bénéficient de rémunérations très attractives. »

 

Combien gagne un Data Scientist ?

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel Variable en % Salaire Fixe Brut Annuel
1 à 3 ans 40.000 – 45.000 € 5 à 20 %
3 à 6 ans 45.000 - 60.000 € 5 à 20 %
6 à 10 ans 50.000 - 70.000 € 5 à 20 %
Plus de 10 ans Plus de 60.000 € 5 à 20 %

 

Quelle est sa fonction ?

  • Savoir analyser l’ensemble des données internes et externes à disposition de l’entreprise.
  • Permettre une exploitation optimale de la « connaissance client » dont dispose l’entreprise.
  • Exploiter et croiser l’ensemble des datas à disposition de la compagnie (site internet, carte bancaire, recouvrement, …)

 

Quel est son profil ?

  • Formation supérieure Bac+5 scientifique (type ENSAE, ENSAI, X, …)
  • Expérience double en statistiques/modélisation et technologie
  • Solides connaissances des produits d’assurance ou financiers et des langages informatiques

 

Quelle évolution de carrière ?

  • Vers d’autres secteurs (internet vers banque ou assurance)
  • Vers une Direction Marketing
  • Vers d’autres postes quantitatifs (scoring, actuariat, métiers du digital)

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

Sujet d’actualité dans le secteur de l’assurance : de nombreux postes d’experts seront à pourvoir dans les 2 ou 3 prochaines années et particulièrement dans le secteur de l’assurance IARD ou sur les produits Santé.

 

‘Job en or’ Ressources Humaines - Le Responsable Rémunération & Avantages Sociaux (H/F)

L’analyse de Sophie Hauret, Division Manager de Robert Half Juridique et Fiscal : « Apparu il y a plus de 50 ans aux Etats-Unis dans les banques et les laboratoires pharmaceutiques, le métier Comp & Ben (de l’anglais « Compensation and Benefits » qui signifie « Rémunération et Avantages Sociaux ») s’est développé en France dans des cabinets spécialisés. Il est depuis en constante évolution dans les entreprises françaises. A la croisée des chemins entre les Relations Humaines et la fonction finance, il est le plus souvent rattaché à une Direction des Ressources Humaines. Formidable levier d’attraction et de rétention des talents par les systèmes de rémunération, de bonus et de primes qu’elle contrôle et déploie, cette fonction est également un outil précieux pour le pilotage de la masse salariale. »

 

Combien gagne un Responsable Rémunération & Avantages Sociaux ?

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel
3 - 6 ans  d'expérience 50.000 – 65.000 €
6 - 10 ans  d'expérience 65.000 – 70.000 €

 

Quelle est sa fonction ?

Le Responsable Rémunération & Avantages Sociaux coordonne, harmonise et oriente la politique de rémunération du groupe, et se positionne en tant que conseil en interne pour faciliter son application. A ce titre, ses principales activités incluent notamment :

  • Le pilotage de la politique de rémunération variable individuelle et collective,
  • La conception et la gestion des plans d'intéressement à long terme (bonus différé, épargne salariale, stock-options), et la mise en œuvre de nouveaux systèmes de rémunération variable,
  • La réalisation ou la coordination d’études qualitatives et quantitatives RH sur des sujets variés, incluant notamment des enquêtes et audits de rémunération (en interne et en externe) pour analyser les écarts constatés par type de fonction,
  • Les simulations sur l'évolution de la masse salariale (salaire de base, primes, bonus) dans le but de proposer des outils d'aide à la décision pour les managers, opérationnels et RH,
  • La conception et le déploiement - après validation le plus souvent du CODIR - d’une politique innovante de rémunération.

 

Quel est son profil ?

  • Formation en gestion, école de commerce, d’ingénieur ou actuariat, et à partir de 3 à 6 années d’expérience selon le type de structure.

Cette première étape peut s’effectuer en cabinet de conseil en rémunération, ou de plus en plus fréquemment, par un poste en entreprise orienté analyses et études en Ressources Humaines. A l’heure actuelle, deux formations proposent de se préparer à ce métier, via un MBA spécialisé.

 

Quelle évolution de carrière ?

Le Responsable Rémunération & Avantages Sociaux peut évoluer vers des fonctions de Directeur Rémunération & Avantages Sociaux, ensuite vers des fonctions de Directeur des Ressources Humaines, pour lesquelles sa connaissance des chiffres, sa coloration financière et éventuellement une affinité en relations sociales seront appréciées.

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

Cet « expert polyvalent » maîtrisant à la fois l’analyse de données chiffrées et le droit social, possédant également un réel sens politique doit se positionner comme un véritable levier stratégique de management et de gestion des ressources humaines afin de fidéliser les collaborateurs performants en continuant de les motiver.

 

‘Job en or’ Technologie - Le Directeur Technique (H/F)

L’analyse de Fabrice Coudray, Director de Robert Half Technologie :  « Le Directeur Technique accompagne sa Direction Générale dans l’arbitrage des choix stratégiques en termes d’infrastructure informatique face notamment  au tournant inévitable que représente la digitalisation du business. »

 

Combien gagne un Directeur Technique ?

Expérience Salaire Fixe Brut Annuel Variable
7 à 15 ans 75.000 – 120.000 €          5 à 20%

 

Quelle est sa fonction ?

  • Garant de la fiabilité de l’infrastructure informatique de l’entreprise.
  • Au sein d’un groupe il est le garant de la fiabilité de l’infrastructure matérielle devant être optimisée pour le bon fonctionnement des applicatifs métiers.
  • Arbitre au niveau des ressources matérielles et humaines : intégration des compétences en interne ou recours à des prestataires externes, stratégie quant aux données sensibles sur des serveurs internes ou externalisation des données (cloud via des prestataires)…
  • Préconisateur en matière de choix des technologies logicielles même s’il n’est pas en charge de l’environnement applicatif
  • Dans une web-agency, garant des ressources (développeurs, applications, infrastructure). Son champ d’actions est plus polyvalent car il s’assure que l’infrastructure peut supporter les applications développées au sein de sa structure.

 

Quel est son profil ?

Dans les entreprises ‘classiques’ avec une infrastructure informatique importante :

  • Formation d’ingénieur, puis expérience en tant qu’ingénieur système ou réseau puis gestion de projet, puis management d’une équipe OU
  • Bac+2-3 avec une première expérience en système et réseau, en architecture ou en gestion de projet d’infrastructure, puis management d’une équipe management
  • 15 à 20 ans d’expérience nécessaire.

En web-agency :

  • Ecole d’ingénieur puis première expérience en tant que développeur, puis chef de projet technique, puis direction technique

Pour les deux :

  • Forte culture IT et technique
  • sensibilité au business de l’entreprise (préconisations adaptées)

 

Quelle évolution de carrière ?

Vers la DSI ou la direction générale d’une société dans l’informatique ou encore vers le conseil (direction de projets).

 

Opportunités/Challenges 2014-2015

Avec la digitalisation des entreprises, il est sollicité par la direction générale ou la DSI pour définir l’infrastructure nécessaire, ce qui peut être externalisé ou nécessairement internalisé... : il doit à effectuer le meilleur arbitrage tant en termes de choix que de budget.