La rémunération reste le premier facteur de démission pour 69% des salariés interrogés

05/04/2016

Si dans le cadre d’une proposition d’embauche, 71% des salariés interrogés déclarent regarder la description des missions, l’insatisfaction du salaire est le motif de démission pour 69% des répondants

Fidéliser les collaborateurs est une tâche ardue pour les entreprises. Il devient rare qu’un salarié envisage de passer toute sa vie professionnelle dans une seule et même société. Mais quels sont les facteurs qui poussent les salariés à quitter leur emploi ?  Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé, livre les résultats d’une enquête exclusive* réalisée auprès de 1000 salariés françaissur les facteurs qui les poussent à démissionner.

L’aspect financier, un facteur prédominant

Si dans le cadre d’une proposition d’embauche, 71% des salariés interrogés déclarent regarder en premier lieu la description des missions et les perspectives d’évolutions professionnelles, il semblerait que l’insatisfaction du salaire soit clé dans le cas d’une démission.

En effet, 69% des salariés interrogés disent que l’opportunité d’une meilleure rémunération est ce qui les incite le plus à quitter leur emploi. Il est donc important pour les dirigeants et managers de ne pas sous-estimer cet aspect pour fidéliser les collaborateurs et rester attractifs. Pour ce faire, l’entreprise a la possibilité :

  • D’établir un système de rémunération supérieur à la moyenne ;
  • D’envisager la mise en place d’un plan de participation aux bénéfices afin que les salariés profitent eux aussi des succès de l’entreprise ;
  • De réévaluer les salaires à intervalles réguliers afin de rester compétitif face à la concurrence.

Le top 6 des facteurs poussant les salariés à la démission

  1. Une meilleure rémunération - 69%
  2. Un meilleur équilibre vie pro/ vie perso - 12%
  3. Une meilleure culture d'entreprise - 7%
  4. De nouvelles perspectives de carrière - 6%
  5. La situation géographique - 4%
  6. La relation avec les managers et collègues - 3%

Le bien-être des salariés, un point à ne pas négliger

Bien que le facteur financier arrive largement en tête, celui d’un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle arrive en second, plébiscité par 12% des répondants. Avec une culture d’entreprise (7%) qui accorde de l’importance à cet équilibre, il est possible d’optimiser la satisfaction et la fidélisation des collaborateurs.

Certaines mesures simples peuvent aussi être prises dans ce sens, comme :

  • Mettre en place des horaires flexibles, par exemple autoriser une personne qui doit aller chercher ses jeunes enfants à l’école tous les jours à commencer ou terminer sa journée de travail plus tôt que les autres ;
  • Proposer le télétravail ;
  • Eviter de contacter les salariés en dehors des horaires de travail, et ainsi respecter les temps libres, le soir et le week-end ;
  • Offrir un jour de congé pour récompenser un travail bien fait.

« Il est important pour tout chef d’entreprise ou manager de se poser la question de la rétention des talents. Les entreprises doivent déployer de réelles stratégies afin de fidéliser leurs salariés. Cela passe par plusieurs actions à mettre en place et à appliquer au quotidien : saluer les mérites des collaborateurs, être à l’écoute de leurs idées ou encore privilégier l’avancement interne afin de conserver les forces vives. En reconnaissant les efforts accomplis, en offrant des perspectives et en proposant un package salarial attractif, une entreprise a toutes ses chances de conserver ses collaborateurs les plus performants » explique Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half France.

 

Etude de rémunération 2016

 

etude-de-remuneration

 

Télécharger