Les principales raisons de refus d’un poste selon les DRH

jeu, 02/16/2017

Le recrutement peut être un processus long et coûteux pour les entreprises qui mobilisent plusieurs personnes pour mener les entretiens d’embauche. Par conséquent, lorsqu’un candidat refuse un poste après plusieurs rencontres, c’est tout le processus qu’il faut réenclencher. Il est donc essentiel pour les DRH d’entendre les motifs justifiant ces refus afin de pouvoir réajuster certains axes et ne pas passer à côté du candidat recherché. Nous nous sommes tournés vers les DRH* pour déterminer quelles sont les principales raisons avancées par les candidats refusant un poste après plusieurs entretiens.

Pour 30% des DRH interrogés par Robert Half, la principale raison avancée porte sur le salaire

Même si tous les voyants sont au vert sur une majeure partie des critères, nombreux sont les candidats prêts à faire une croix sur le poste proposé si la rémunération ne correspond pas à leurs prétentions salariales. Il s’agit d’ailleurs de la principale raison avancée selon les DRH, bien avant l’emplacement géographique et l’intérêt du poste.

En général, les candidats connaissent les niveaux de rémunérations correspondant à leurs prétentions salariales. Trop souvent la notion de salaire n’est abordée qu’en bout de chaîne, lorsque le processus de recrutement d’un candidat est déjà bien entamé. C’est pourquoi, même après plusieurs entretiens, le poste peut être refusé. Une meilleure transparence dès le début des discussions et des propositions alternatives (primes, etc.) pourraient éviter d’investir trop de temps et de ressources pour rien. En s’appuyant sur des supports tels que l’Etude de Rémunérations de Robert Half, les recruteurs peuvent plus finement définir les niveaux de rémunérations de leurs futurs collaborateurs.  

Mobilité géographique en deuxième position avec l’intérêt du poste

Près d’un français sur cinq déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche parce qu’il était compliqué ou trop chronophage de s’y rendre**.

La question géographique est importante. Une entreprise éloignée du domicile ou difficilement accessible peut nécessiter un investissement pour un candidat (titres de transports, vélo, voiture, etc.). Pour 19% des DRH interrogés, cela constitue d’ailleurs la principale raison de refus d’un poste.

De même 19% des DRH interrogés avancent l’intérêt du poste comme principale raison de refus après plusieurs entretiens. Parallèlement, une enquête salariés*** Robert Half sur les facteurs de motivation au travail publiée fin 2015 révèlait que 71% des salariés accordent plus d’importance à l’intérêt du poste qu’au salaire. C’est le premier critère pris en considération dans le cadre d’une proposition d’embauche, il est donc essentiel d’y accorder une attention toute particulière.

A noter que la contre-offre est citée pour 17% des raisons d’un refus après plusieurs entretiens.

« Lorsqu’une entreprise ne peut pas répondre favorablement à toutes les attentes d’un candidat talentueux, tous les leviers alternatifs doivent être étudiés pour l’encourager à ne pas décliner le poste. Valoriser une forte culture d’entreprise et les perspectives d’évolution en font partie, au même titre qu’envisager certaines formes de flexibilité. Si le recruteur est en mesure de proposer des journées de télétravail ou des horaires décalés, la contrainte liée à la situation géographique de l’entreprise sera réduite. De même, il peut être convenu avec un candidat de revaloriser son salaire à court terme pour contrecarrer une rémunération inférieure à ses prétentions initiales. » explique Olivier Gélis, Directeur de Robert Half.

 

*Enquête réalisée par un institut de sondage indépendant pour Robert Half en avril 2016 auprès de 200 Directeurs des Ressources Humaines en France (répartition du panel : 54% femmes / 46% hommes ; 90% Paris-région IDF / 10% autres régions de France ; 10% secteur public / 81% secteur privé / 9% société cotée en Bourse)
**4e Rencontre de la Mobilité Inclusive - Etude « Mobilité et Emploi » –  Cabinet ELABE – 18.01.17
***Etude développée par Robert Half et menée par un institut de sondage indépendant fin 2015 auprès de 1000 salariés de plus de 18 ans en France. Elle propose un aperçu du marché de l’emploi et de ses tendances

 

Partagez cette page