Quels défis pour les DAF d’ici à 2020 ?

03/05/2017

Que dit notre panel de 200 directeurs administratif et financier (DAF)* sur les principaux défis rencontrés par leur profession et sur comment ceux-ci devraient évoluer dans les 3 prochaines années?

Au cœur du bon fonctionnement des entreprises, les départements financiers voient leurs missions évoluer avec les nombreux changements qu’implique notamment la digitalisation. Robert Half, cabinet international de recrutement spécialisé, a interrogé un panel de 200 directeurs administratif et financier (DAF)* sur les principaux défis rencontrés par leur profession et sur comment ceux-ci devraient évoluer dans les 3 prochaines années.

Actuellement, les DAF estiment que leur 1er défi est « la pression pour améliorer les résultats et les marges ».

Contrepartie logique de cette demande accrue, la « hausse de la charge de travail » est le 2e défi identifié par la profession, et cela plus particulièrement dans les PME (mentionné à 42%), suivi de près par le défi « de gérer et répondre à des attentes plus larges » de l’entreprise.

Pour 2020, les trois principaux défis envisagés ne changent pas, mais leur classement évolue. Ainsi il s’agit principalement de la « gestion/réponse à des attentes plus larges de l’entreprise » qui semble retenir l’attention des DAF.

  2017 2020
Pression pour améliorer les résultats /marges 37% 29%
Hausse de la charge de travail 33% 31%
Gérer/répondre à des attentes plus larges de l’entreprise 32% 32%

Très clairement, le rôle des fonctions financières s’élargit à des compétences qui dépassent leurs tâches classiques. La montée en puissance du big data les oblige à analyser les données et prévoir les tendances en vue d’atteindre des objectifs de croissance rentable.

Dans un environnement en constante mutation, la « gestion du changement » est un challenge essentiel : il obtient 17% des suffrages de notre panel pour cette année et culmine à 24% à l’horizon 2020. Il s’agit surtout pour le service financier de s’adapter aux nouveaux outils. Par ailleurs, outre les aspects de suivi technologique, l’aide au pilotage de la performance de l’entreprise tend à devenir une partie prédominante de la mission des directeurs financiers.

Pour répondre à ces enjeux, les représentants de la fonction ont conscience de la nécessité d’adapter leurs compétences.

En 2017, ils sont près de 30% à évoquer les défis de la « pénurie de compétences et connaissances nécessaires » et/ou le besoin « d’adaptation aux nouvelles technologies ». A l’horizon 2020, ces préoccupations sont toujours fortement à l’esprit de cette profession : 26% d’entre eux les mentionnent.

Les directions d’entreprises attendent maintenant des DAF qu’ils offrent des conseils d’ordre stratégique pour appuyer leurs visions ce qui implique des compétences professionnelles et logicielles à jour.

« Ces résultats doivent être des signaux pour les équipes RH et dirigeantes afin qu’elles ajustent leurs décisions aux changements, aux meilleurs outils et aux ressources dont il faut se  pourvoir afin de rester compétitifs », assure Bruno Fadda, directeur Robert Half. « Planifier les besoins en ressources est un enjeu important pour tout DAF qui pense à l’avenir de la fonction financière. Cela implique d’avoir la compréhension des compétences dont il aura besoin et d’identifier aussi les faiblesses de ses équipes, pour les former. S’il est difficile de tout prédire et de tout appréhender, l’idée est d’anticiper au mieux », conclut-il.

 

* Enquête réalisée par un institut de sondage indépendant (Market Probe) pour Robert Half en janvier 2017 auprès de 200 DAF en France. Elle propose un aperçu du marché de l’emploi et de ses tendances. Le panel est composé de 109 hommes et 91 femmes principalement basés à Paris et en région parisienne. Majoritairement dans le secteur privé et en poste à égalité entre petites, moyennes et grandes entreprises.