4 types de questions à poser en entretien pour en savoir plus sur les candidats

Par Robert Half on 29/09/2020

Pour identifier le meilleur candidat à un poste, il faut lui poser les bonnes questions pendant son entretien. Et cela demande de la préparation.

Vous devez non seulement évaluer les compétences et l’expérience du candidat, mais aussi sa façon de penser. À cette fin, vous devez lui poser à la fois des questions fermées et ouvertes.

D’autres types de questions peuvent livrer des informations encore plus nuancées qui faciliteront votre prise de décision. Voici les quatre types de questions couramment posées par les employeurs, le moment auquel les utiliser et les pièges à éviter.

1. Questions fermées

Pendant un entretien d’embauche, ces questions appellent une réponse brève et informative, parfois simplement « oui » ou « non ». Elles peuvent vous aider à obtenir rapidement des informations factuelles. Voici quelques exemples de questions fermées :

• « Pendant combien d’années avez-vous travaillé pour votre dernier employeur ? »

• « Avez-vous déjà travaillé dans un autre secteur ? »

• « Combien de temps maximum avez-vous passé dans une même entreprise ? »

• « Êtes-vous à l’aise avec le télétravail ? »

• « Avez-vous beaucoup d’expérience des réseaux sociaux ? »

Quand les poser : les questions fermées sont particulièrement efficaces pour obtenir des informations spécifiques ou préparer le candidat à des questions plus complexes.

Piège à éviter : si vous posez trop de questions fermées les unes à la suite des autres, le candidat aura l’impression de passer un interrogatoire, surtout si elles sont sans rapport avec les critères exigés pour le poste.

2. Questions ouvertes

Les questions ouvertes nécessitent de la réflexion et obligent le candidat à révéler des comportements ou des opinions. Par exemple, les questions comportementales demandent au candidat de faire le lien entre des expériences professionnelles passées et des situations qu’il est susceptible de revivre à son nouveau poste.

Voici quelques exemples de questions ouvertes :

• « Comment gérez-vous les délais serrés ? »

• « Pourriez-vous citer un exemple de la manière dont vous avez amélioré la productivité à votre ancien poste ? »

• « Pourquoi souhaitez-vous travailler pour cette entreprise ? »

• « Quelles méthodes utilisez-vous pour éviter les erreurs ? »

• « Quels sont vos meilleurs points forts et vos pires points faibles ? »

• « Quel est le plus grand défi que vous ayez eu à relever, tous postes confondus ? »

• « Quelle orientation pensez-vous donner à votre carrière d’ici cinq ans ? »

• « À quoi ressemblerait votre job idéal ? » • « Que pourrait faire votre entreprise actuelle pour être plus performante ? »

Quand les poser : posez fréquemment ce type de questions au cours de l’entretien, mais en alternance avec des questions fermées.

Piège à éviter : si vous n’êtes pas assez spécifique quand vous formulez votre question, la réponse du candidat risque de dévier sur d’autres sujets, surtout si vous n’intervenez pas pour clarifier les choses.

3. Questions hypothétiques

Ces questions invitent le candidat à résoudre un problème imaginaire ou à réagir à une situation donnée. En voici quelques exemples :

• « Imaginons qu’un projet que vous avez supervisé n’a pas atteint les objectifs que vous aviez fixés. Comment réagiriez-vous ? »

• « Si vous remarquiez une baisse de moral chez vos collaborateurs, que feriez-vous pour améliorer la situation ? »

• « Si vous étiez en charge du recrutement de ce poste, quelles compétences rechercheriez-vous chez les candidats ? »

• « Imaginons qu’on vous octroie un budget généreux pour la formation des salariés. Dans quoi l’investiriez-vous ? »

• « Si on vous avait demandé d’améliorer la communication interne dans votre entreprise précédente/actuelle, quelles mesures auriez-vous prises ? »

• « Si vous aviez la possibilité de modifier votre début de carrière, qu’auriez-vous fait différemment ? »

• « Si vous pouviez choisir n’importe quel professionnel de votre secteur comme mentor, qui choisiriez-vous et pourquoi ? »

Quand les poser : ces questions sont surtout utiles quand elles sont contextualisées dans des situations professionnelles réelles.

Piège à éviter : n’accordez pas trop d’importance aux réponses spécifiques qu’un candidat donne aux questions hypothétiques. Ce qui est vraiment intéressant ici, c’est de pouvoir se faire une idée de sa capacité à résoudre les problèmes et à surmonter les obstacles.

4. Questions originales

Ces questions peuvent paraître bizarres, mais elles suscitent en fait des réponses révélatrices qui peuvent en dire long sur le candidat. En voici quelques exemples :

• « D’après ce que vous savez de ce poste, comment le décririez-vous à un enfant de six ans ? »

• « Qui jouerait le premier rôle dans un film sur votre vie ? »

• « Quelle est la chose la plus importante que les gens ne comprennent pas à votre sujet ? »

• « Si vous pouviez avoir un superpouvoir, lequel choisiriez-vous ? »

• « Comment expliqueriez-vous ce que sont les réseaux sociaux à une personne naufragée sur une île déserte depuis trente ans ? »

• « Si vous pouviez faire un voyage dans le temps, à quelle époque iriez-vous ? »

• « Quel est le problème le plus difficile que vous ayez résolu ? »

Quand les poser : les employeurs utilisent ces questions pour savoir si un candidat peut réfléchir en dehors des schémas établis, mais la plupart des responsables du recrutement devraient les utiliser avec précaution. Bien qu’elles puissent offrir un aperçu de la créativité et des processus de réflexion d’un candidat, elles peuvent aussi donner l’impression que vous manquez de professionnalisme – et que vous êtes un peu bizarre – si vous ne les utilisez pas avec pertinence.

Piège à éviter : n’abusez pas de cette approche. Si vous décidez de poser ce type de question en entretien, faites-le une seule fois. Une succession de questions de ce type risque de pousser le candidat à vite conclure l’entretien.


Les questions que les employeurs devraient éviter de poser en entretien

Une dernière mise en garde : il existe une autre catégorie de questions qu’il vaut mieux entièrement éviter pendant un entretien d’embauche. Il s’agit des questions orientées. La façon de les formuler trahit en fait la réponse que vous attendez. Par exemple :

• « Vous vous y connaissez en team building, n’est-ce pas ? »

• « Je parie que vous êtes doué pour fixer des objectifs à long terme, non ? »

• « Est-ce le poste qui vous intéresse le plus ? »

Si vous posez ce type de questions en entretien, vous aurez peu de chance d’obtenir une réponse sincère car le candidat vous dira seulement ce que vous avez envie d’entendre.

Vous recrutez ? On vous accompagne

Hide Breadcrumb
On
Hide Title
Off

Articles récents