Comment agir contre l’absentéisme au travail ?

Par Robert Half 09/04/2019

Le nombre de jours d'absence moyen d'un salarié par an est passé de 16,8 en 2016 à 17,2 en 2018 (baromètre de l’absentéisme au travail publié par Ayming, cabinet de conseil spécialisé en Business Performance).

Moindre performance, baisse de la productivité de l’entreprise, impact négatif sur le bien-être des salariés…comment inverser les chiffres de l’absentéisme au travail ?

Absentéisme : qui est concerné ?

Cette même étude mentionne que sur 100 jours travaillés (secteur privé), les salariés ont été absents 4,72 jours en 2017 contre 4,59 en 2016. Des disparités apparaîtraient :

• Les femmes sont plus absentes que les hommes.

• Les jeunes de moins de 25 ans sont les moins absents parmi tous les actifs.

• Les travailleurs âgés de plus de 55 ans sont eux qui ont le taux d’absentéisme le plus fort, en raison des arrêts de travail plus longs.

Pourquoi les salariés désertent-ils leur bureau ?

Qui dit absentéisme au travail dit différents motifs :

• Les arrêts de travail qui sont liés à la santé : grippe, fracture d’un bras ou d’une jambe, etc.

• Les arrêts de travail qui sont liés à la vie professionnelle : trouble musculo-squelettiques (TMS), ambiance délétère, accumulation de stress, mauvaises relations avec la hiérarchie, blessure en utilisant une machine, etc.

• Les arrêts de travail qui sont liés à la vie personnelle : problème d’organisation pour garder les enfants, nécessité de veiller sur un proche malade, etc.

• Les absences ne justifiant d’aucune raison valable 

absentéisme-l'image-rh-classique-une-main-bouge-des-dés-colorés-représentant-des-ressources-humaines

Quelles solutions pour inverser la tendance ?

L’entreprise peut et doit agir contre l’absentéisme. Comment procéder ?

• Comprendre et établir un état des lieux

Interroger les salariés et calculer le taux d’absentéisme au sein de l’entreprise : (nombre d’heures d’absence sur une période donnée (mois, année…) / nombre d’heures de travail en théorie sur la même période) x 100.

• Agir : un environnement propice au travail 

Rester à l’écoute des problématiques des salariés et mettre en place des solutions adéquates suite aux CHSCT. Dialoguer avec le médecin du travail pour bénéficier de conseil adaptés au quotidien de l’entreprise.

• Une hygiène et une sécurité irréprochables

Réduire les risques sanitaires : exiger des campagnes de vaccination dans les lieux où des infections sont susceptibles de contaminer les salariés. Rappeler les risques en matière de sécurité et fournir des équipements adaptés.

• Une motivation retrouvée

Remotiver les salariés : parfois, l’absentéisme est uniquement lié à un désengagement de la part des collaborateurs. Missions pas assez qualifiantes, peu de reconnaissance de l’employeur, pas d’autonomie dans le travail, pas d’évolution de carrière… Les raisons sont nombreuses. Plusieurs actions peuvent être envisagées : formation spécifique des managers, feedback fréquents et informels, activités sportives et de team building. Au sein de l’entreprise : meilleure intégration, veiller à une ambiance agréable entre les salariés, etc.

• Une fermeté indispensable 

Et les absences de confort ? Le licenciement peut être envisagé si le dialogue et les solutions mises en place avec le salarié ne suffisent pas.

Assurer un suivi

Mettez en place un suivi concernant des indicateurs clés tels que les arrêts maladie, les absences injustifiées, les accidents de travail, etc. Mesurez l’impact des actions mises en place pour mesurer leur efficacité

 

Les techniques pour renouer avec la motivation et la productivité existent :

Téléchargez maintenant notre rapport Les secrets des entreprises et des collaborateurs épanouis

Téléchargez votre rapport

Articles récents