Émotions : savoir les apprécier et les exprimer (IE & évolution professionnelle)

Par Robert Half 09/06/2017

Vous avez découvert une première étape de l’intelligence émotionnelle(IE) propre à améliorer votre parcours professionnel. Consultez notre 1er article sur l'intelligence émotionnelle et l'évolution professionnelle 

Maintenant, il faut identifier ses émotions pour mieux les exprimer

Identifier ses émotions

Alors que le vocabulaire émotionnel est riche d’une multitude de termes, nous nous retrouvons paradoxalement dans notre quotidien à nous appuyer toujours sur les mêmes. Si vous êtes joueur, amusez-vous à lister des émotions et il y a fort à parier que la grande majorité des émotions que vous aurez citées, correspondent aux émotions dites « primaires » (peur, joie, colère, tristesse, surprise et dégoût). Pourtant,  en vous plongeant dans la richesse du vocabulaire émotionnel (cf tableau ci-dessous), vous vous rendrez compte qu’il existe d’autres termes pour préciser ce que vous avez vraiment ressenti. Le but : gagner en conscience de soi.

Enrichissez votre vocabulaire émotionnel :

 

Mise en pratique 

Pour reprendre la suite de l’exercice, vous allez maintenant et en vous appuyant au besoin sur le tableau ci-dessus, identifier le plus finement possible les ressentis mis en évidence lors de la première lecture de l’annonce, qu’ils soient agréables ou désagréables.

- Dans un premier temps, reprenez toutes les partis surlignées en bleu ainsi que les éventuels commentaires que vous avez pu faire et, toujours en étant à l’écoute de votre ressenti, essayez d’identifier l’émotion qui lui est associé (content, transporté, enthousiaste, entrain… ?)

- Dans un deuxième temps, reprenez toutes les partis surlignées en vert ainsi que les éventuels commentaires que vous avez pu faire et, toujours en étant à l’écoute de votre ressenti, essayez d’identifier l’émotion qui lui est associé (résignation, frustration, désabusé, agacement……… ?)

De même, vous pouvez faire le même exercice à la suite d’un entretien afin d’avoir une vue globale.

Prenez une feuille de papier et divisez-la en deux, dans le sens de la longueur et dans celui de la largeur.

- Dans le carré en haut à gauche, listez tous les points positifs du poste et dans celui en haut à droite, tous les points négatifs.

- Dans le carré en bas à gauche, listez tous les ressentis agréables que vous avez eu et dans le carré en bas à droite, faites la même chose pour les ressentis désagréables.

Voilà encore une opportunité d’avoir une vision en 3D en sortant de la lecture binaire des plus et des moins. Les émotions identifiées ont beaucoup à vous dire. Si nous nous arrêtons sur les ressentis agréables, il est intéressant d’observer le degré de l’émotion identifiée car être content n’est pas aussi fort qu’être enthousiaste. Il en va de même pour les ressentis désagréables : avoir ressenti de la peur ne vous dit pas la même chose que si vous avez ressenti de la frustration.

Pour pouvoir aller plus loin dans votre réflexion et passer à l’action, il vous faudra passer la troisième étape du développement des compétences émotionnelles à savoir : accueillir l’émotion qui a été observée et identifiée. Cette étape peut paraître anecdotique et pourtant, elle a une importance majeure.

Apprécier/accueillir ses émotions

Maintenant que vous êtes capable d’observer et d’identifier vos émotions, qu’allez-vous donc bien pouvoir faire de ces émotions : fuir ou être submergé ? Ces deux cas sont les symptômes d’une émotion qui n’est pas entendue ou pas accueillie à sa juste valeur.

En effet, fuir votre émotion consiste à mettre un couvercle sur une cocotte-minute générant dans l’instant, des frustrations et dans un futur plus ou moins proche, une explosion quand elle sera trop pleine. Cette situation est également caractéristique des personnes qui, submergées par leurs émotions, « explosent » dans l’instant. Ces deux situations génèrent des surréactions néfastes et assombrissent votre moral.

C’est pourquoi vous limiter à une lecture en 2D sans être à l’écoute de votre ressenti contribue à multiplier les strates émotionnelles non écoutées et polluer votre ressenti. Il est alors évident, que vous ne serez pas dans les meilleurs conditions pour appréhender cette nouvelle opportunité et donc pour passer vos entretiens.

Apprécier et accueillir ses émotions, c’est accepter de ne pas les juger. En effet, une émotion n’est ni négative, ni positive, une émotion est ! C’est la réaction générée par l’émotion qui peut être productive ou contre-productive donc qui peut être jugée.

C’est ici le passage le plus difficile du développement des compétences émotionnelles car l’objectif à ce moment-là consiste à accueillir et apprécier son émotion à sa juste valeur : sans fuite, sans submersion. Apprécier cette émotion qui vient, c’est accepter de l’accueillir telle quelle est en lui laissant la place qu’elle mérite. Il vous est maintenant possible d’être à l’écoute du signal qu’elle vous renvoie et qui a pour objectif de vous connecter à ce qui est réellement important pour vous dans cette situation.

Mise en pratique 

Dans le cadre de votre première lecture de l’annonce, dès lors que vous sentez qu’une émotion monte (observation des manifestations physiologiques et cognitives) et que vous l’avez identifiée (ex : la colère), je vous invite à faire un geste discret qui vous est propre vous permettant de matérialiser cette émotion passe et que c’est OK. Je vous invite également à vous arrêter sur cette émotion, à l’accueillir et à regarder ce qui se passe en vous à ce moment-là en travaillant notamment sur votre respiration.

Exprimer ses émotions

A cette étape, vous avez amélioré votre capacité à prendre conscience qu’une émotion vous traverse en l’observant, en l’identifiant et en l’accueillant. Votre vécu émotionnel devient dès lors une force car au lieu de le fuir ou d’être submergé vous avez pris cette belle et grande décision de  lui laisser sa juste place. En agissant de la sorte, vous êtes à même de rassurer et donc calmer vos émotions afin de les maîtriser. Au final, quel que soit l’événement et l’émotion qui lui est liée, vous êtes plus serein pour passer à l’action et notamment, exprimer vos émotions.

Lors d’un entretien, il est important d’être à même de canaliser ses émotions car il arrive régulièrement que cette étape clé de votre recherche engendre du stress, de l’angoisse ou de l’inquiétude. Ces émotions, non maîtrisées, vont créer des réactions contre-productives aux yeux des personnes que vous rencontrerez. Dès lors, être capable de développer les compétences émotionnelles vu précédemment (observation, identification, accueil) vous permettra d’être dans les meilleurs conditions pour anticiper vos réactions émotionnelles et, les exprimer de manière adéquate si il y a lieu.

Dès lors, la fuite ou le fait d’être submergé par son émotion deviennent des voix obsolètes en entretien car contre-productives et ouvre au contraire naturellement à une voix bien plus riche: l’assertivité (désignant la capacité à s'exprimer et à défendre ses droits sans empiéter sur ceux des autres.)

En optant pour celle-ci, vous choisissez de faire de vos émotions un partenaire et communiquez en vous affirmant tel que vous êtes, en conscience de ce qui est bon pour vous. Dès que vous faites preuve d’assertivité, vous êtes connecté et aligné à ce que vous êtes et ce qui fait sens pour vous et augmentez votre votre confiance en vous. Cette authenticité qui vous permet d’avoir une vision plus juste de vos besoins est l’une si ce n’est là qualité qui peut faire la différence dans le cadre d’un entretien de recrutement.

Mise en pratique 

Plus qu’une mise en pratique, c’est avec un conseil que je me permets de clôturer cet article. Exprimer son émotion n’est pas une obligation. Rien ne vous oblige à dire à votre patron lors d’une réunion houleuse qu’il vous agace pour ne pas dire autre chose. En revanche, si vous avez au préalable observé, identifié et accueilli cet agacement, vous sentirez que cette émotion disparaîtra car elle aura été entendue. Ainsi, exprimer son émotion ne devient plus un impératif et si on décide de le faire, ce ne sera plus un moyen purement personnel pour soulager son agacement mais au contraire une formidable opportunité de faire preuve d’altruisme pour gagner en authenticité et confiance en soi et in fine, développer des relations plus humaines !

Par Fabrice Putois - Responsable formation chez Robert Half et coach certifié

 

Nous pouvons vous aider à trouver l’entreprise ou le candidat idéal.

Nos offres Vous recrutez ? Rejoignez-nous

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser : 
Encouragez l’humour sur le lieu de travail !
Haut-potentiel : comment se faire remarquer par son employeur ?
L'intelligence émotionnelle au service de votre évolution professionnelle

 

Les articles qui peuvent vous intéresser