Conseils pour gérer une période de rush au travail

Par Robert Half 27/08/2019

Quel que soit le secteur dans lequel évolue votre entreprise, des pics d’activité peuvent survenir, forçant les équipes à travailler sous pression et/ou dans l’urgence, pendant des périodes plus ou moins longues.

Comment gérer au mieux ces coups de bourre, rester efficace et surtout, ne pas se laisser submerger par le stress ?

1. Anticiper et planifier

Une période de rush se profile ? Tant que faire se peut, vous devez vous y préparer, pour réussir à tenir le cap plus facilement quand vous serez au cœur de la tempête :

• Commencez par cerner précisément les objectifs derrière cette charge de travail supplémentaire. Au besoin, faites-vous préciser par votre hiérarchie ce qui est attendu de vous, pour être sûr d’aller dans la bonne direction.

• Vous pouvez ensuite établir votre to-do list. Détaillez-la le plus possible, en la décomposant en tâches et sous-tâches.

Associez un ordre de priorité à chaque tâche. Cela permettra de concentrer votre travail sur les tâches les plus importantes, et peut-être d’éliminer les sous-tâches qui vous paraissent superflues. L’idéal est de réaliser cette étape avec l’implication de votre hiérarchie ou, a minima, de faire valider votre priorisation par votre supérieur.

• Enfin, chaque action doit avoir une deadline claire. Sur cette base, vous pourrez monter un rétroplanning, qui permettra de suivre votre avancement et les éventuels retards pris, mais aussi de communiquer plus facilement avec vos équipes.

A noter : pendant l’élaboration de votre plan de travail, vous vous rendrez peut-être compte que certaines tâches ne sont pas réalisables dans les délais impartis, ou que tout a le même niveau de priorité… Vous devez alors tirer la sonnette d’alarme : avec l’aval de votre hiérarchie, dépriorisez certaines tâches, ou acceptez de revoir les exigences à la baisse sur certains livrables.

2. Communiquer et déléguer

N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul :

• Sur les tâches qui s’y prêtent, déléguez et responsabilisez vos équipes et collaborateurs. Dans la mesure du possible, anticipez au maximum et prenez le temps de briefer correctement les personnes qui vous seconderont. Ce temps « perdu » en amont garantira que ce coup de pouce ne soit pas contre-productif.

Gardez une ligne de communication ouverte avec vos équipes, mais aussi avec votre hiérarchie, pour que tout le monde ait une visibilité claire sur l’avancée du projet, et sur le rôle de chacun.

3. Garder du temps pour soi

Quand on a la tête sous l’eau, du travail par-dessus la tête, on n’imagine pas prendre une petite pause ou aller faire un footing. Et pourtant : se ménager quelques espaces à soi au milieu d’une période de rush est incontestablement bénéfique. Seules quelques minutes de pause peuvent faire une réelle différence en termes de motivation et de productivité.

Quelques idées pour faire des pauses à bon escient :

Faites du sport : au bout de 30 minutes d’activité physique, le corps libère des endorphines, les fameuses hormones du bonheur. Idéal pour faire chuter le stress, mais aussi la fatigue.

Méditez : seules quelques minutes par jour suffisent pour voir les effets positifs de la relaxation. Diminution de l’anxiété, boost de confiance en soi, meilleure gestion du stress, etc., la pratique de la méditation est un plus indéniable pour mieux vivre une période de rush.

Dormez : de bonnes nuits de sommeil sont indispensables pour assurer des journées de travail intenses. L’idéal est de ne pas descendre sous les 5 heures de sommeil par nuit. Vous avez également l’option des micro siestes en journée : elles permettent de retrouver productivité et vigilance en quelques instants.

A noter : une fois la période de rush passée, prévoyez-vous un vrai moment pour vous ressourcer. Pourquoi ne pas poser une demi-journée et en profiter pour vous récompenser avec une sortie, du shopping, ou tout simplement pour rattraper votre retard dans votre série préférée ?

4. Ne pas oublier de faire le bilan et de remercier

Une fois la tempête passée, il est important de :

Faire le point avec ses équipes : qu’est-ce qui a bien fonctionné ? Qu’est-ce qui aurait pu être fait différemment ? Si les périodes de rush sont trop fréquentes : est-ce normal ? Comment les éviter, ou mieux s’y préparer à l’avenir ?

Remercier ses collaborateursil est essentiel de reconnaître l’investissement et l’implication de vos équipes Les collaborateurs ont besoin de savoir que leur surcharge de travail n’est pas passée inaperçue, et que vous leur en êtes reconnaissant.

Nous sommes des experts du recrutement

 

Ces articles peuvent vous intéresser :
3 conseils pour réussir sa rentrée professionnelle
Se mettre au vert
Réussite

Articles récents