Conseils pour gérer un boss difficile

Par Robert Half 25/10/2018

Dans un monde parfait, l’ensemble de la chaîne de management se montre encourageante et motivante, voire même favorise le droit à l’erreur. Seulement, dans la réalité des faits, avoir à supporter une hiérarchie peu reconnaissante, voire carrément hostile, est plus courant qu’on ne le pense. Cette situation peut mettre les nerfs à rude épreuve et est même la 2ème cause de mal-être au travail.

Plusieurs stratégies existent pour mieux vivre votre quotidien professionnel, que votre boss ou manager soit sujet aux sautes d’humeur, ou qu’il soit atteint d’un irrépressible besoin de contrôle.

Etape 1 : identifier les points de friction dans la relation avec votre boss

Vous devez adapter vos réactions aux travers de votre boss, afin de vous sortir habilement de situations pouvant être délicates. Avant toute chose, posez-vous la question suivante : quels sont les points qui vous dérangent dans la façon de manager de votre patron ?

  • Il a tendance à partir au quart de tour : quand il passe une mauvaise journée, tout le monde en profite… Même si c’est plus facile à dire qu’à faire, avec un patron colérique, il est important de ne pas prendre ses hurlements personnellement et surtout, il faut à tout prix éviter de monter le ton. Renvoyez-lui une image de sérénité et de rationalité, c’est la façon la plus efficace de le faire redescendre rapidement.
  • Il est peu fiable : son côté girouette est difficile à gérer au quotidien. Vous ne pouvez pas lui faire confiance, alors prenez les informations qu’il vous donne avec des pincettes. Demandez des confirmations par écrit afin de conserver des traces de ce qu’il vous dit et surtout, ne le mettez pas en porte-à-faux devant d’autres collaborateurs.
  • Il vous critique : même si une critique peut être constructive, il faut y mettre l’art et la manière. Par exemple, il est impensable que votre boss la formule devant vos équipes. Si cela arrive, restez calme et ne rentrez pas dans les justifications. Au contraire, acceptez sa critique et précisez-lui que vous apprécieriez de développer ce sujet à un moment plus opportun. Une fois que vous serez en tête-à-tête, dites-lui que vous acceptez sans problème les critiques constructives, mais qu’il est important de choisir le bon moment pour les exprimer.
  • Il a besoin de tout contrôler : vous le sentez en permanence au-dessus de votre épaule, il est incapable de vous laisser avancer sur un projet sans être dans le micro-management. Prenez le contre-pied total en lui faisant des points réguliers sur votre avancement, de telle sorte qu’il soit toujours au courant de votre progression avant même d’avoir pensé à mettre le nez dans votre travail. Si cela vous semble chronophage et scolaire, la sérénité que vous avez à y gagner en vaut la peine.
gérer-boss-difficile-2-personnes-discutent-ensemble-en-bas

Etape 2 : mettre en place une stratégie sur le long terme pour gérer les crises de votre boss

1. Montrez-vous compréhensif : quand l’ambiance est tendue, la situation peut rapidement s’envenimer. Essayez d’aller à l’encontre de ce climat toxique et, au contraire, montrez de la bienveillance et de l’écoute. Un patron difficile peut tout simplement être trop exposé au stress et, en vous montrant ouvert, vous pourrez peut-être réussir à apaiser vos rapports.

2. Adaptez-vous à ses imperfections : vous savez que votre patron est intransigeant sur la propreté des bureaux ou sur la ponctualité ? Prenez sur vous et pliez sur les choses qui lui tiennent vraiment à cœur. Choisissez vos batailles, certaines ne valent pas le coup d’être menées. Cela éliminera naturellement quelques sources de conflits potentiels.

3. Détachez-vous émotionnellement : plus facile à dire qu’à faire, mais il est essentiel de ne pas prendre son comportement personnellement. Il se comporte probablement de la même façon avec tous ses autres collaborateurs. Cela ne l’excuse en rien mas cela peut vous permettre de lâcher prise.

4. Essayez de vous remettre en question : que pourriez-vous faire différemment pour que les tensions retombent ? Peut-être avez-vous certaines marges d’amélioration ?

5. Ouvrez le dialogue : votre manager doit lui aussi se rendre compte que vos rapports sont compliqués. Proposez un point pour en parler ouvertement et clarifier la situation. Préparez vos arguments et ne soyez pas dans l’attaque. Montrez que vous avez à cœur d’apaiser la situation.

6. Si les choses ne s’améliorent pas et que la situation devient invivable, vous avez toujours l’option de mettre vos compétences au service d’une autre entreprise.

Nous sommes des experts du recrutement

Confiez-nous votre carrière

Envoyez votre CV

Ces articles peuvent vous intéresser:
 Vous êtes un micromanager et il faut en sortir
Le manager persuasif
Les 6 qualités du leader

Plus d'articles...